La France met au point des armes laser contre les satellites ennemis

Un système d'arme laser installé à bord de l'USS Dewey à San Diego, Etats-Unis en 2013. UPI/ABACA

"L’effet recherché n’est pas de détruire l’objet, mais de l’empêcher d’effectuer sa mission", affirme Franck Lefèvre, directeur de l'activité défense de l'Onera (Office national d'études et de recherches aérospatiales). Le laboratoire français de l'aérospatial planche actuellement sur une arme capable de désactiver un satellite à distance à l'aide d'un laser. Le magazine Challenges rapporte cette annonce de l'établissement rattaché au ministère des Armées.

La volonté de développer ce type d'arme vient de la militarisation croissante de l'espace par les États-Unis, la Chine et la Russie. Des missiles antisatellites sont actuellement testés par la Chine et les États-Unis. Washington et Moscou étudient déjà l'arme laser. L'Onera parle d'une "arsenalisation de l'espace". Ainsi, en septembre 2018, un satellite russe avait tenté d'espionner le satellite franco-italien Athena-Fidus. Ce dernier assurait une partie des communications militaires françaises, souligne le laboratoire sur son site. "Nous ne sommes pas protégés contre ces menaces. Nous sommes en danger si nous ne réagissons pas", s'était alors alarmée la ministre des Armées Florence Parly.

C'est grâce à la technologie d'optique adaptative, une expertise de l'Onera, que la France développe ces armes laser antisatellites. "En concentrant l’énergie sur la cible, on pourrait endommager les panneaux solaires d’un satellite ennemi, ou pénétrer par ses fenêtres optiques et l’éblouir", précise Franck Lefèvre. Cette arme laser rendrait donc inopérants les satellites d'observation, qui volent entre 400 et 700 kilomètres d'altitude.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Il existe des sources thermales incroyables en Toscane — elles sont un lieu très apprécié pour s'y baigner l'été