Des soldats français près de la Tour Eiffel, à Paris. Les attentats de 2015 ont illustré la place prépondérante d'internet dans la guerre de l'information. REUTERS/Philippe Wojazer

Des soldats français près de la Tour Eiffel, à Paris. Les attentats de 2015 ont illustré la place prépondérante d'internet dans la guerre de l'information. REUTERS/Philippe Wojazer

La France va se doter d'un commandement cyber, le Cybercom, qui sera chargé à partir de janvier 2017 de mener les opérations militaires dans l'espace numérique, a annoncé lundi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Ce commandement, qui sera placé sous la responsabilité directe du chef d'état-major des armées, supervisera 2600 "combattants numériques" d'ici 2019, a-t-il dit lors d'une visite au centre Direction générale de l'armement (DGA)-Maîtrise de l'information, à Bruz (Ile-et-Vilaine).

Ces forces, auxquelles s'ajouteront les 600 experts de la DGA, seront complétées par 4.400 réservistes de cyberdéfense, a-t-il ajouté.

"En temps de guerre, l'arme cyber pourra être la réponse, ou une partie de la réponse, à une agression armée, qu'elle soit de nature cyber ou non", a souligné Jean-Yves Le Drian.

"Nos capacités cyber offensives doivent nous permettre de nous introduire dans les systèmes ou les réseaux de nos ennemis, afin d'y causer des dommages, des interruptions de service ou des neutralisations temporaires ou définitives, justifiées par l'ouverture d'hostilités à notre encontre", a-t-il ajouté.

Encore balbutiante il y a quelques années, la prise en compte du volet cyberespace dans les conflits est acquise pour un grand nombre de pays aujourd'hui qui, à l'image des Etats-Unis et désormais de la France, ont institutionnalisé la cyberdéfense via l'installation d'un cybercommandement.

Un milliard d'euros pour la '4e armée'

En France, la cyberdéfense a été hissée au rang de "priorité nationale" et a été qualifiée de "quatrième armée" par Jean-Yves Le Drian qui a débloqué pour ce domaine un milliard d'euros sur la période 2014-2019.

Apparue en 2007 à la suite d'une attaque de sites internet d'Estonie sur fond de crise diplomatique avec la Russie, la notion de cyberguerre est revenue sur le devant de la scène lors de l'apparition du virus Stuxnet en 2010 contre les installations nucléaires iraniennes.

Plus récemment, en 2015, les comptes YouTube et Twitter du commandement militaire américain au Moyen-Orient, le Centcom, ont été pris pour cible.

Les attentats de Paris, qui ont été accompagnés d'une vidéo d'Amedy Coulibaly sur internet et suivis de plus de 20.000 actes de piratages de sites internet français, ont également illustré la place prépondérante d'internet dans la guerre de l'information, qu'elle soit menée par des activistes ou des djihadistes.

"Ces menaces sont appelées à s'intensifier", a souligné Jean-Yves Le Drian. "La fréquence et l'ampleur des attaques augmentent en effet sans cesse dans le cyberespace, nous le constatons quotidiennement, tout comme leur sophistication technologique se poursuit, témoignant ainsi d'une prolifération préoccupante des moyens d'agression."

"Le prochain défi de la cyberdéfense ne sera plus uniquement de détecter les attaques informatiques mais bien de pouvoir continuer à mener nos opérations militaires en étant sous le coup d'une agression cyber, et en utilisant l'espace cyber pour conduire nos propres opérations", a-t-il ajouté.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Google, Facebook, Twitter et Microsoft vont se battre ensemble contre la propagande terroriste

VIDEO: Regardez ces planches de bois prendre feu à l'électricité — d'incroyables figures de Lichtenberg apparaissent