Publicité

La France suspend à son tour l'utilisation du vaccin AstraZeneca

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La France suspend à son tour l'utilisation du vaccin AstraZeneca
La France rejoint la dizaine de pays à suspendre l'injection du vaccin AstraZeneca. © ŽupaBA VUCBA/Wikimedia Commons
Publicité

La France, à son tour, a décidé lundi de "suspendre par précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca, en attendant un avis de l'Autorité européenne du médicament qui sera rendu mardi, a annoncé Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Montauban. Le chef de l'État a dit "espérer reprendre vite" la vaccination avec ce sérum "si l'avis de l'autorité européenne le permet", alors que plusieurs pays européens ont eux aussi suspendu ce vaccin, dont l'Allemagne et l'Italie lundi.

L'agence du médicament italienne, AIFA, elle, "a décidé à titre de précaution et de manière provisoire, dans l'attente d'une décision de l'EMA", l'Agence européenne des médicaments, d'"interdire l'utilisation du vaccin AstraZeneca sur tout le territoire national", explique-t-elle dans un communiqué. "Cette décision a été prise en ligne avec des mesures similaires adoptées par d'autres pays européens", précise-t-elle. "De nouveaux approfondissements sont actuellement en cours. L'AIFA, en coordination avec l'EMA et d'autres pays européens, examinera tous les événements qui ont été signalés à la suite de vaccinations", ajoute l'agence italienne des médicaments.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, l'Allemagne avait suspendu l'utilisation du vaccin "à titre préventif" après le signalement d'effets secondaires. L'institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement, "estime que d'autres examens (sont) nécessaires", après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe, a précisé un porte-parole du ministère. Cette décision de suspension intervient "après de nouvelles informations concernant des thromboses de veines cérébrales en lien avec la vaccination en Allemagne et en Europe", selon la même source. L'Agence européenne des médicaments (EMA) "décidera si et comment les nouvelles connaissances (sur ces effets secondaires) se répercutent sur l'autorisation du vaccin", a ajouté ce porte-parole.

À lire aussi — Vaccin AstraZeneca : l'Allemagne suspend à son tour la vaccination

Découvrir plus d'articles sur :