'La France travaille beaucoup moins que ses voisins' : voici le classement contesté sur lequel Emmanuel Macron s'est basé

Emmanuel Macron le 25 avril 2019 au Palais de l'Elysée, à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer

"La France travaille en moyenne beaucoup moins que ses voisins : on commence plus tard, on part plus tôt et on travaille moins dans l’année." Ce sont les mots qu'a prononcés Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse jeudi 25 avril. Le président a ainsi estimé qu'il était nécessaire de "travailler davantage", sans toutefois toucher aux 35h ou aux jours fériés. Il a annoncé, sur le volet des retraites, vouloir "allonger la durée effective de cotisation" avec "un système de décote qui incite à travailler davantage, mais sans forcer tout le monde". Sa comparaison de la France a ses voisins a toutefois été immédiatement remise en cause par ses opposants.

En effet, selon les chiffres de l'OCDE en 2016, en France, nous travaillons en moyenne 1 526 heures chaque année par travailleur, et même 1 679 heures si on prend uniquement en compte les salariés à temps plein, comme le fait remarquer LCI. Certes, cela nous place dans le bas du classement, derrière l'Italie (1 722 heures) et l'Espagne (1 686 heures). Mais nous sommes devant la Belgique (1 545 heures) et l'Allemagne (1 356 heures).

Un classement contesté

Contacté par Business Insider France, l'Elysée indique qu'Emmanuel Macron faisait en fait référence à un autre classement, basé sur les chiffres d'Eurostat, l'agence de statistique de l'Union européenne, datant de 2015. La présidence de la République indique ainsi que les Français travaillent en moyenne 1 521 heures par an, d'après ces données qui prennent en compte l'ensemble des salariés. Et c'est effectivement moins que moins que l'Allemagne (1 580 heures), l'Italie (1 627 heures) et l'Espagne (1 656 heures).

Ces chiffres apparaissent en réalité dans une étude du cabinet de recherches Rexecode, parue en 2016. Sa méthodologie est cependant contestée. Selon Le Monde, le cabinet a utilisé des données hebdomadaires fournies par Eurostat, puis les a multiplié par 52, soit le nombre de semaines dans une année. Le journal pointe de ce fait des incohérences dans les résultats. En prenant l'exemple de l'Allemagne, Le Monde remarque que les chiffres retravaillés par Rexecode — pour prendre en compte les congés et absences — donnent une durée totale d'absence inférieure au nombre de congés en Allemagne. Marianne avait émis les mêmes réserves sur la méthodologie du cabinet en 2012.

Sur Twitter, le cabinet Rexecode indique pour sa part qu'il "est préférable de comparer des durées effectives de travail pour des formes d’emploi comparables plutôt que sur l'ensemble des salariés". Et ce principalement car le travail à temps partiel est plus répandu dans certains pays que d'autres, et cela influe sur les chiffres.


D'autres chiffres montrent bien la France dernière

Emmanuel Macron aurait pu néanmoins se baser sur un autre classement de l'OCDE dans lequel la France est bel et bien dernière : celui prenant en compte l'intégralité de la population, des nouveaux-nés aux plus âgés. Selon ces données publiées en octobre dernier, les Français travaillent en moyenne 630 heures par an, là où les Italiens travaillent 705 heures, et les Allemands 722 heures. A titre de comparaison, le pays où l'on travaille le plus dans le monde est le Luxembourg, avec 1 089 heures par habitant, devant la Corée du Sud avec 1 064 heures et la Suisse avec 943 heures. Il s'agit de chiffres portant sur l'année 2016.

Pourquoi une telle différence entre les deux classements de l'OCDE ? A cause du chômage de masse en France, analyse L'Obs. Emmanuel Macron l'a d'ailleurs reconnu jeudi soir. Les chômeurs sont en effet inclus dans les données présentées par l'OCDE sur lesquelles semblent s'être appuyé le président. Le magazine rappelle que les autres pays ont fait des choix différents, en privilégiant le temps partiel, les faibles salaires, ou en ayant un meilleur système éducatif et de formation professionnelle.

Sur Twitter, Rexecdoe indique cependant que ces chiffres de l'OCDE "ne sont pas fiables pour des comparaisons internationales".


Au final, Emmanuel Macron n'a donc pas fait d'erreur factuelle... mais il a choisi les chiffres (douteux) qui servaient le mieux son propos.

Cet article a été modifié à 16h27, après avoir obtenu la réponse de l'Elysée. Le classement de l'OCDE était auparavant présenté ci-dessous.

Voici le classement du cabinet Rexecode des 12 pays de l'Union européenne où les salariés travaillent le moins, qui prend en compte le temps de travail moyen pour l'ensemble des salariés, sur lequel Emmanuel Macron s'est appuyé :

12. Luxembourg — 1 754 heures
Luxembourg

Luxembourg. Pixabay

11. Espagne — 1 656 heures

Madrid, Espagne. Pixabay

10. Italie — 1 627 heures

9. Royaume-Uni — 1 624 heures

8. Irlande — 1 600 heures

Dublin, Irlande. Unsplash

7. Allemagne — 1 580 heures
Francfort, Allemagne

Francfort, Allemagne. Pixabay.com/lapping

6. Autriche — 1 553 heures

Le village d'Hallstatt en Autriche. Wikimedia Commons/chensiyuan

5. Finlande — 1 548 heures

Helsinki, Finlande. Unsplash

4. France — 1 521 heures

La Tour Eiffel, vue du palais du Trocadéro, Paris, France. Pxhere

3. Suède — 1 509 heures

Vue de Stockholm, Suède. Pixabay

2. Danemark — 1 506 heures

Copenhague, Danemark. Wikimedia Commons/Felix Andrews

1. Pays-Bas — 1 366 heures
Amsterdam

Amsterdam, Pays-Bas. Flickr.com/Roman Boed


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Ce champ photovoltaïque ressemble à un panda vu du ciel — une entreprise chinoise souhaite en bâtir une centaine à travers le monde