Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La fuite d'air dans l'ISS a été localisée grâce à des feuilles de thé flottant en microgravité

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La fuite d'air dans l'ISS a été localisée grâce à des feuilles de thé flottant en microgravité
Les membres de l'équipage de l'ISS ont réussi à localiser la fuite qui durait depuis un an. © NASA

La Station spatiale internationale (ISS) perd une quantité d'air inhabituelle depuis septembre 2019. Au début, les membres de l'équipage ne se sont pas pressés pour résoudre le problème, car la fuite n'était pas majeure. Mais en août, le débit de la fuite a augmenté, ce qui a incité les astronautes et les cosmonautes à bord du laboratoire orbital à commencer à essayer de localiser sérieusement sa source.

Roscosmos, l'agence spatiale russe, a annoncé jeudi que les membres de l'équipage avaient finalement localisé la fuite après avoir mis au point un test inhabituel : Ils ont laissé des feuilles de thé guider leur recherche.

À lire aussi — La NASA surveille une anomalie dans le champ magnétique terrestre qui menace les satellites et l'ISS

Le cosmonaute Anatoly Ivanishin a libéré quelques feuilles d'un sachet de thé dans la chambre de transfert du module de service Zvezda — la section du segment russe de la station qui abrite une cuisine, des quartiers de couchage et une salle de bain. L'équipage a ensuite isolé la chambre en fermant ses écoutilles et a surveillé les feuilles de thé sur des caméras vidéo alors qu'elles flottaient en microgravité.

Les feuilles flottaient lentement vers une fissure dans le mur près de l'équipement de communication du module — preuve qu'il s'agissait d'une brèche par laquelle l'air s'échappait. L'équipage a depuis réparé la fuite en utilisant du ruban adhésif Kapton, a rapporté Roscosmos lundi.

Une fuite d'air qui dure depuis un an sur la Station spatiale internationale

Les membres d'équipage de l'expédition 63, de gauche à droite : Chris Cassidy, Anatoly Ivanishin et Ivan Vagner. NASA

L'ISS perd toujours un peu d'air. Normalement, les missions de réapprovisionnement acheminent des conteneurs hautement pressurisés remplis d'un mélange d'oxygène et d'azote pour remplacer l'air que l'ISS perd. Ce mélange est conçu pour imiter l'air respirable de la Terre.

Mais en septembre 2019, le taux de fuite standard a légèrement augmenté. Cela n'était pas considéré comme un risque majeur, mais en août 2020, ce taux déjà élevé a été multiplié par cinq, passant de 0,6 à 3,1 livres d'air par jour (d'environ 272 à plus de 1400 grammes par jour), selon l'agence de presse russe Ria Novosti. Ainsi, au cours des deux derniers mois, les membres de l'équipage ont recherché la fuite en isolant des sections de la station et en surveillant leurs changements de pression.

A lire aussi — Nokia va installer la 4G sur la Lune pour la NASA

Au départ, les membres de l'équipage se sont réfugiés dans le module Zvezda pendant qu'ils testaient les autres sections du navire ; lorsqu'ils n'ont pas trouvé de preuves de fuites dans ces sections, ils ont déterminé que la fuite se trouvait probablement à bord du Zvezda lui-même. Finalement, les astronautes et les cosmonautes ont réduit la source à la chambre de transfert de Zvezda. Mais ils n'avaient toujours pas trouvé l'emplacement exact de la fuite.

L'astronaute Jeffrey Ashby entre dans le module de service Zvezda de la Station spatiale internationale avec une caméra le 25 mai 2011. NASA

Est alors venu le tour de la feuille de thé. "Nous pensons que nous avons vraiment identifié la zone de fuite probable", a déclaré le cosmonaute Anatoly Ivanishin, selon l'agence de presse russe TASS.

Le ruban adhésif que l'équipage a mis sur la fissure peut rester stable et collant sur une large gamme de températures, y compris le zéro absolu de l'espace. Mais les membres ne pensent pas que la bande va tenir longtemps ; ils espèrent la remplacer bientôt par un patch plus fiable.

"Peut-être devrions-nous essayer les patchs de nos partenaires ? Nous pouvons parler avec eux. C'est parce que le patch actuel n'est pas aussi efficace", a déclaré un membre de l'équipage, selon la TASS.

Roscosmos n'a pas répondu aux questions de Business Insider US à temps pour la publication, mais l'agence a noté dans un tweet qu'elle "élabore un programme d'opérations pour sceller de façon permanente l'endroit de la fuite".

Le porte-parole de la NASA, Daniel Huot, a déclaré à Business Insider US que la fuite "continue à ne pas présenter de danger immédiat pour l'équipage au taux de fuite actuel".

Ce n'est pas le premier problème du côté russe de l'ISS

Cette fuite fait partie d'une série de problèmes récents concernant la Station spatiale internationale, qui commence à montrer son vieillissement après avoir dépassé de cinq ans son espérance de vie de 15 ans.

Le segment russe de l'ISS abrite certains des plus anciens modules de la station. Ces derniers mois, elle a vu une toilette se casser et les températures augmenter mystérieusement. Puis, mercredi, le système d'alimentation en oxygène du segment est tombé en panne. Les membres de l'équipage ont réparé le système dès samedi, selon Roscosmos.

Mais dans l'ensemble, ces pannes indiquent que la partie russe de l'ISS a probablement besoin de mises à niveau. "Tous les modules du segment russe sont usés", a déclaré le cosmonaute Gennady Padalka à Ria Novosti.

Cette dernière fuite n'était pas non plus la première du côté russe. En août 2018, des membres de l'équipage ont découvert un trou de 2 millimètres dans une partie d'un vaisseau spatial russe Soyouz qui était amarré à la Station.

À gauche : un trou dans un vaisseau spatial Soyouz, à la Station spatiale internationale. À droite : un patch réalisé par l'équipage à l'aide d'époxy.  NASA via Chris Bergin/Twitter

Le trou semblait provenir d'un défaut de fabrication ; quelqu'un sur Terre l'avait apparemment bouché avec de la peinture, espérant que personne ne le remarquerait. La peinture, semble-t-il, s'est ensuite détachée. Les cosmonautes ont finalement réparé ce trou avec du mastic à l'époxy.

Version originale : Susie Nielson/Business Insider. Katya Ionova a contribué à la traduction depuis le russe.

À lire aussi — Des astronomes ont capturé de rares images d'un trou noir dévorant une étoile

Découvrir plus d'articles sur :