Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La fusion de Facebook Messenger avec WhatsApp et Instagram pourrait être empêchée par le gendarme américain de la concurrence

La fusion de Facebook Messenger avec WhatsApp et Instagram pourrait être empêchée par le gendarme américain de la concurrence
© Reuters

Les plans de Facebook pour unifier davantage ses divers services pourraient bientôt faire l'objet d'une contestation judiciaire. L'Agence fédérale de la régulation du commerce (FTC) réfléchit à la possibilité de déposer une injonction pour empêcher le géant de lier son service de messagerie WhatsApp avec les chats d'Instagram et de Facebook, selon les informations du Wall Street Journal. L'injonction pourrait également interdire à l'entreprise d'appliquer ses propres règles sur la façon dont les applications d'entreprises tierces peuvent fonctionner avec ses propres services. La porte-parole de la FTC, Betsy Lordan, a refusé de commenter ces informations.

L'action de Facebook a chuté suite à la publication de l'article du WSJ. En effet, au cours des dernières opérations, elle a reculé de 6,53 dollars, soit environ 3 %, pour s'établir à 195,73 dollars par action. Cependant, avant d'entrer en vigueur, l'injonction proposée devra être approuvée par la majorité des cinq membres de la commission. La FTC devra alors intenter une poursuite judiciaire contre Facebook et demander à un tribunal de lui imposer l'injonction dans le cadre de cette action. Un plan d'action qui pourrait être déclenché dès le mois prochain, selon le WSJ.

A lire aussi — Mark Zuckerberg veut fusionner WhatsApp, Instagram et Facebook Messenger — et les questions que cela pose en matière de vie privée inquiètent déjà des élus du Congrès

Facebook et d'autres géants tech, dont Google, Amazon et Apple, font l'objet d'un examen de plus en plus minutieux pour déterminer s'ils ont pris des mesures qui ont réduit la concurrence dans leurs marchés respectifs. Google a déjà écopé de trois amendes de plusieurs milliards de dollars par des régulateurs de la concurrence de l'Union européenne pour avoir entravé ses concurrents dans des domaines tels que les services de comparaison des achats et la publicité en ligne. De nombreux candidats démocrates à la présidence ont appelé à démanteler ou à réglementer plus étroitement Google, Facebook et d'autres entreprises. L'injonction proposée pourrait être la première étape vers une telle démarche avec Facebook.

Version originale : Troy Wolverton : Business Insider traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.