Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La grippe aviaire se propage dans le sud-ouest — le foie gras français ne pourra pas être exporté

La grippe aviaire se propage dans le sud-ouest — le foie gras français ne pourra pas être exporté
© Pixabay/NadineDoerle

Un premier foyer d'influenza aviaire hautement pathogène H5N8 a été confirmé jeudi dans une exploitation située dans le Tarn et le virus se propage dans les départements du Gers et des Hautes-Pyrénées, a-t-on appris auprès des préfectures concernées.

Le même virus avait été détecté pour la première fois en France le 26 novembre sur des canards sauvages dans le Pas-de-Calais.

Ces nouveaux cas sont une mauvaise nouvelle pour les producteurs de foie gras français, qui ne pourront pas exporter de nouveau leur production hors d'Europe dès ce mois de décembre, comme cela était prévu.

De nombreux cas ont été déclarés en Europe ces dernières semaines sur des oiseaux migrateurs mais également en élevage de volailles, a indiqué la ministère de l'agriculture.

Le rôle des oiseaux migrateurs apparaît prépondérant dans la diffusion de ce virus particulièrement contagieux chez les oiseaux mais inoffensif pour l'homme, ajoute-t-il.

Dans le foyer détecté dans le Tarn, 2.000 des 5.000 canards sont morts.

Une zone de protection de trois kilomètres et une zone de surveillance de 10 kilomètres ont été mises en place autour de l'élevage et les canards de l'exploitation infectée ont été abattus, conformément à la réglementation européenne.

"Toutes les bêtes ont été abattues, soit 18.000" au total, dans trois élevages distincts de la commune d'Almayrac, a indiqué le préfet du Tarn, Jean-Michel Mougard, au quotidien La Dépêche.

Il a précisé qu'aucune négligence n'avait été constatée de la part des éleveurs.

Trois cas de grippe aviaire ont été détectés au cours de la journée dans le Gers et un autre dans les Hautes-Pyrénées.

Ces nouveaux cas ne présentent aucun lien avec l'épisode survenu l'an dernier dans le Sud-Ouest de la France, précise le ministère de l'Agriculture, selon lequel les exportations des produits de l'aviculture française doivent néanmoins se poursuivre.

Mais ces nouveaux cas "ne permettront pas à la France de recouvrer le 3 décembre, comme envisagé, son statut indemne d'IAHP", souligne-t-il.

Or, ce statut, perdu par la France il y a un an à la suite d'un précédent épisode de grippe aviaire, est indispensable pour pouvoir exporter volailles et foie gras dans de nombreux pays hors d'Europe.

Découvrir plus d'articles sur :