Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La HAS donne son feu vert au vaccin de Pfizer/BioNTech en France

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La HAS donne son feu vert au vaccin de Pfizer/BioNTech en France
Un flacon du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19. © U.S. Secretary of Defense/Flickr/CC

Tous les voyants sont au vert. Après l'Agence européenne du médicament (EMA), la Haute autorité de santé (HAS) donne ce jeudi son accord pour le déploiement du vaccin de Pfizer/BioNTech dans l'Hexagone. Et valide la stratégie vaccinale à adopter. L'autorité publique confirme ainsi, dans un communiqué de presse, que le vaccin pourra être inoculé aux "personnes de 16 ans et plus", et garantit "son efficacité" comme "son profil de tolérance satisfaisant".

Sans surprise, la HAS approuve la stratégie vaccinale du gouvernement. Il faut dire que ses recommandations avaient été largement suivies par l'exécutif. Et le vaccin de Pfizer/BioNTech ne nécessite pas d'entorse au protocole. Ainsi, la stratégie vaccinale annoncée — à savoir la priorisation des populations les plus à risque les plus exposées au risque d'infection : les résidents des Ehpad et les personnels soignants — reste applicable pour ce vaccin.

Le feu vert de la HAS était la dernière étape réglementaire avant de pouvoir débuter la campagne de vaccination, fixée au dimanche 27 décembre. L'AFP rapporte en outre que les premiers lots du vaccin de Pfizer-BioNTech à destination de pays de l'UE ont quitté mercredi matin l'usine belge de Puurs, où ils sont fabriqués. Ils devraient faire leur entrée sur le sol français ce samedi 26 décembre, la veille des premières injections.

La "Phase 1" de la campagne de vaccination, telle que définie par le gouvernement après l'avis de la HAS, débutera ce dimanche 27 septembre. Elle devrait concerner près d'un million de personnes dans plus de 7 000 Ehpad et unités de soins longue durée. Il sera délivré sur prescription médicale, en accord avec le patient. Selon les informations du Monde, les toutes premières doses devraient être inoculées à quelques patients de l’hôpital René-Muret à Sevran, en Seine-Saint-Denis. D’autres vaccinations seraient prévues le même jour à Dijon, en Bourgogne-Franche-Comté.

A lire aussi — Les vaccins contre les coronavirus ne cachent pas de micropuces, voici ce qu'ils contiennent

Découvrir plus d'articles sur :