La hausse du cours de l'or est (en partie) liée aux mariages en Inde

Des bracelets en or dans une salle d'exposition de bijoux à l'occasion d'Akshaya Tritiya, un important festival pour l'achat d'or, à Mumbai, en Inde, le 7 mai 2019. REUTERS/Francis Mascarenhas

Le cours de l'or atteint des sommets. Vendredi 23 août, à la Bourse de Londres, une once (28,35 gr) valait 1 351 euros, affichant une progression de 20% depuis le début de l'année. Et un montant proche du record historique de 2012, selon les données de l'association londonienne LBMA, qui servent de référence au niveau mondial. Lundi 26 août, si l'once d'or a un peu diminué, elle s'achète encore près de 1 345 euros, selon la société CPoR, qui relaie son cours sur la place londonienne alors qu'il n'existe plus de cours officiel de l'or dans l'Hexagone depuis 2004.

L'envolée de la valeur de ce métal précieux incitent les Français à revendre les bijoux, les lingots ou encore les pièces Napoléon qu'ils possèdent pour réaliser de bonnes affaires. Plusieurs facteurs expliquent cette flambée de l'or. On sait qu'il a toujours joué le rôle de valeur refuge, permettant de sécuriser son patrimoine en temps de crise. Aujourd'hui, les tensions commerciales sur fond d'un ralentissement de l'économie mondiale suscitent des inquiétudes. Et la faiblesse des taux d'intérêt — des Etats et des entreprises empruntant même à des taux négatifs — incite les investisseurs à diversifier leurs placements, explique au Parisien Jean-Jacques Friedman, directeur des investissements de Natixis Wealth Management.

Une météo clémente a dopé la demande en or

Mais les Français réalisant de fructueuses opérations peuvent aussi remercier l'Inde. Le pays, deuxième consommateur d'or au monde derrière la Chine, est en effet très friand de ce métal. Hindous et musulmans achètent des bijoux pour accompagner de fastueux mariages notamment, mais aussi une naissance ou des célébrations religieuses comme Diwali, la fête des Lumières qui se déroule à l'automne. Or, une mousson favorable à de bonnes récoltes a permis aux agriculteurs d'engranger plus de revenus et donc d'"offrir plus d'or lors des mariages", assure au Parisien Philippe Chalmin, économiste spécialisé dans les matières premières.

Le Conseil mondial de l'or avait déjà noté une "forte reprise" du marché indien des bijoux au deuxième trimestre de l'année, ayant entraîné une progression de 12% de la demande, à 168,8 tonnes. "Une saison de mariage bien remplie et des ventes en bonne santé lors des fêtes ont stimulé la demande", précise-t-il. La consommation indienne a favorisé sur cette période une augmentation de 2% de la demande mondiale en orfèvrerie, qui s'est élevée à 531,7 tonnes au total. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Taux négatifs : comme les États, ces entreprises gagnent de l’argent en empruntant

VIDEO: Cette maison a été construite par une imprimante 3D en seulement 24 heures