Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La livraison de médicaments à domicile connaît un boom, mais elle fait face à de nombreux freins

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La livraison de médicaments à domicile connaît un boom, mais elle fait face à de nombreux freins
Livraison de médicaments à domicile par le biais de la plateforme Phacil. © Phacil

"Les pharmaciens ne sont pas des geeks". Alexandre Deniau, co-fondateur de la startup Phacil a mis le doigt sur un problème qu'il a transformé en opportunité, comme il l'a confié à Business Insider France. Il y a quelques mois, avec Agathe son associée, ils ont commencé à développer une plateforme de mise en relation entre des patients qui ont besoin de médicaments et des livreurs qui vont les chercher en pharmacie. Une solution qui a clairement le vent en poupe en cette période de confinement. Si un prototype de la plateforme était déjà dans les tuyaux, les choses se sont accélérées et le site internet a été lancé dès fin février 2020.

Comment est-ce que cela fonctionne ? Plus ou moins comme un site e-commerce classique. Si vous avez besoin d'un produit de parapharmacie, de la crème solaire par exemple, ou d'un médicament vendu sans ordonnance, du Doliprane ou des pastilles pour la gorge, vous cherchez le produit sur le site et on vous propose les différents prix pratiqués par les pharmacies partenaires. "Les prix sont fixés librement" par les officines, nous a confirmé Alexandre Deniau. Le coût de livraison, en moyenne de 6 euros, est ensuite calculé en fonction de votre zone géographique. Avec un bémol : si le Doliprane est moins cher dans la pharmacie A et la crème solaire dans la B, les coûts de livraison sont multipliés par deux. Mieux vaut donc faire une commande dans une seule officine.

À lire aussi — La Fondation Gates consacre 150M$ de plus à la lutte contre le coronavirus après que Bill Gates a critiqué Donald Trump

'Ce ne sont pas des livreurs Deliveroo'

Ensuite, si vous habitez à Paris ou en région parisienne, il vous faudra attendre environ "2 à 3 heures", selon le co-fondateur, pour recevoir vos produits. En province, la durée de livraison est pour le moment comprise entre 48 et 72 h, mais Phacil envisage de déployer sa solution express en région dans les mois à venir. La livraison est effectuée avec "un partenaire spécialisé dans la livraison professionnelle, Minute Pharma" nous précise Alexandre Deniau. "Ce ne sont pas des livreurs Deliveroo".

Si vous souhaitez vous faire livrer des médicaments prescrits par votre médecin, vous remplissez directement sur le site un formulaire et vous ajoutez un scan de votre ordonnance. Un livreur viendra chercher le document original, ainsi que votre carte Vitale et votre carte de mutuelle. Vous choisissez ensuite votre mode de paiement (liquide, chèque ou Lydia) et votre créneau de livraison. "C'est aujourd'hui un véritable besoin pour les Franciliens, nous avons beaucoup de demandes de livraison de médicaments sur ordonnance", nous confie le co-fondateur.

À lire aussi — Évitez de faire vos courses le vendredi si vous voulez croiser le moins de monde possible en supermarché

Mais comment cette plateforme génère-t-elle des revenus ? Pour la partie parapharmacie et médicaments sans ordonnance, via les frais de livraison comme un site e-commerce classique. Pour ce qui est des médicaments prescrits via ordonnance, "on ne gagne pas d'argent actuellement", nous confirme Alexandre Deniau. Phacil envisage de faire payer des frais de plateforme aux pharmacies mais ce n'est pour le moment pas activé, "par solidarité en cette période difficile".

97 % de la population française à moins de 10 minutes d'une pharmacie

Si Phacil est l'un des derniers venus sur le marché de la livraison de médicaments, des concurrents sont déjà en place : des éditeurs de solutions de e-réservation, MeSoigner notamment, Valwin, ou des acteurs de la livraison comme Otzii, Minute Pharma etc."La livraison de médicaments n'est pas un sujet super neuf, ça n'a jamais vraiment décollé", confirme Hélène Decourteix, associée fondatrice de la société de conseil La Pharmacie Digitale, à Business Insider France. Elle précise toutefois que "la pandémie fait que cela prend une autre envergure."

Certains sont présents sur le sujet depuis des années : dès 2016, La Poste avait notamment mis en place sur la région de Bordeaux un test de livraison avec 30 pharmacies, mais cela n'avait pas fonctionné. "La livraison, les pharmaciens le font déjà gratuitement — mais de façon artisanale et au cas par cas en général", précise l'experte.

À lire aussi — Voici la case à cocher sur votre attestation si vous allez chercher une commande ou adopter un animal

Alors, pour quelles raisons la livraison de médicaments en ligne n'est-elle pas plus importante aujourd'hui en France ? Première explication, le secteur est très réglementé : seuls les pharmaciens ont le droit de vendre les produits ayant un statut de médicaments. De plus, pour les médicaments sur ordonnance, le pharmacien doit normalement être en possession du document original pour pouvoir les délivrer. Compliqué donc quand on passe sa commande à distance ! Autre frein relevé par Hélène Decourteix : "il n'existe pas de désert pharmaceutique en France, 97 % de la population vit à moins de 10 minutes d'une pharmacie". L'intérêt des livraisons à domicile se réduirait donc aux patients ayant des difficultés à se déplacer ou ayant une santé très fragile et souhaitant éviter la fréquentation des pharmacies.

Autre point de blocage potentiel, les pharmacies n'ont pas le droit de communiquer auprès du grand public selon le cadre réglementaire de leur activité. Les officines ne peuvent donc pas faire de la publicité pour leur éventuel site web, notamment sur les réseaux sociaux. Cela complique donc la possibilité de générer du trafic sur le site internet de la boutique, et donc des clients intéressés par le service de livraison. Enfin, le code de la santé publique indique que la livraison de médicament doit être normalement effectuée par le personnel de l'officine, toujours selon l'experte. Ce qui complique le quotidien de la pharmacie en terme de ressources en personnel. "Toutes ces règles sont clairement antinomiques avec les modes de consommation actuels", nous confirme-t-elle.

'la livraison à domicile payante, je n'y crois pas une seconde'

Malgré tous ces freins, la pandémie et les restrictions actuelles de déplacement ont-elles donné un coup de boost à ce service ? Au-delà de l'expérience de la plateforme Phacil, cela semble se vérifier dans les chiffres : "les groupements de pharmacies ont presque tous référencé des solutions pour l'envoi dématérialisé des ordonnances ou de e-réservation, première étape pour pouvoir livrer. 36 % des réseaux de pharmacies n'avaient pas de service d'envoi d'ordonnance fin février 2020, ils ne devraient être que de 5 à 10 % seulement fin avril." Les pharmacies semblent donc se mettre en ordre de bataille pour proposer la livraison à domicile.

"Mais quid du modèle économique ?" interroge l'experte. À l'instar de Phacil, la plupart des éditeurs de plateforme offrent aujourd'hui leur solution pour mettre en place ce service, dans une logique de conquête des pharmacies. "Mais pour que ce soit pérenne une fois payant, je n'y crois pas, il risque d'y avoir une grosse déperdition", ajoute Hélène Decourteix. "Le scan d'ordonnance continuera certainement, pour gagner du temps, mais la livraison à domicile payante, je n'y crois pas une seconde". À voir donc comment ce service évoluera dans quelques mois, quand la situation sanitaire reviendra à la normale.

À lire aussi — Vous pouvez maintenant acheter des produits Decathlon dans certains magasins Franprix

Découvrir plus d'articles sur :