La maison mère de Google a lancé une enquête interne sur la façon dont l'entreprise traite les accusations d'inconduite sexuelle

David Drummond, directeur des affaires juridiques d'Alphabet, avait une liaison et un enfant avec une subordonnée, qu'il aurait abandonné par la suite. Eric Piermont/AFP via Getty Images

Le conseil d'administration d'Alphabet, la société mère de Google, a lancé une enquête interne sur le traitement par la société des accusations d'inconduite sexuelle, y compris celles portées contre son directeur des affaires juridiques David Drummond, a rapporté la chaîne américaine CNBC ce mercredi. Le conseil a créé un comité spécial chargé de superviser l'enquête, selon le rapport. Il aura également recours à un cabinet d'avocats pour l'aider dans son enquête, explique CNBC qui cite des "documents" auxquelles ils ont eu accès.

Dans une déclaration, un représentant de Google a confirmé l'ouverture de l'enquête. Il a affirmé qu'elle avait déjà été divulguée dans des documents déposés au tribunal. "Au début de l'année 2019, le conseil d'administration d'Alphabet a formé un comité spécial. Celui-ci est chargé d'examiner les réclamations faites par les actionnaires relatives à diverses poursuites judiciaires concernant des comportements inappropriés sur le lieu de travail", a-t-il déclaré. Google a cependant refusé de dire si l'enquête porterait plus particulièrement sur la conduite de David Drummond. Mais selon CNBC, ce serait en effet le cas. 

L'affaire David Drummond, le directeur des affaires juridiques de Google 

En août dernier, Jennifer Blakely, qui travaillait auparavant pour David Drummond au sein de l'équipe juridique de Google, a déclaré avoir eu une liaison et un enfant avec lui durant leur collaboration. Après la naissance de son fils, elle explique avoir été contrainte de quitter son poste au service juridique et transféré au service des ventes, à un poste pour lequel elle se sentait mal adaptée. Elle accuse son ex-directeur de l'avoir abandonnée et d'avoir eu plusieurs autres liaisons, y compris avec des femmes aillant travaillé avec lui chez Google. Dans une déclaration ultérieure, David Drummond a reconnu cette relation et a déclaré qu'il était "loin d'être parfait". Il a cependant nié avoir jamais "entamé une relation" avec quelqu'un d'autre chez Google ou Alphabet.

A lire aussi —  Voici ce que vous pouvez faire si vous êtes harcelée au travail

En 2018, durant une bonne partie de l'année, Alphabet a été sous le feu des critiques à cause de sa gestion des accusations d'inconduite sexuelle au sein de l'entreprise. Un article paru dans le New York Times l'automne dernier expliquait en détail comment l'entreprise aurait ignoré les accusations de harcèlement sexuel formulées contre des dirigeants clés et, dans certains cas, avait versé de généreuses indemnités de départ à ces dirigeants. L'enquête a conduit à une grève massive des employés de Google dans le monde entier pour protester contre le traitement de ces questions par l'entreprise. Elle a également donné lieu à une poursuite intentée par un actionnaire qui a a accusé le conseil d'administration d'avoir dissimulé de tels actes, comme le rapporte CNBC.

Plus tôt cette semaine, David Drummond a touché 27 millions de dollars (24 millions d'euros) provenant de la vente de ses options Alphabet, selon Business Insider US.

Version originale : Troy Wolverton / Business Insider US 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une fuite révèle le témoignage de 45 employés de Google qui racontent avoir été victimes de menaces, de harcèlement sexuel ou de racisme

VIDEO: Une petite astuce a permis à cette athlète de courir plus vite instantanément — la voici