Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La maison-mère de SFR profite de ses gains d'abonnés, dans le fixe comme sur le mobile

La maison-mère de SFR profite de ses gains d'abonnés, dans le fixe comme sur le mobile
© Photographer: Dario Pignatelli/Bloomberg

Altice Europe affiche des résultats supérieurs aux attentes. Le groupe de télécoms et médias, maison-mère de l'opérateur SFR, a vu sa croissance s'accélérer au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, avec un chiffre d'affaires publié mercredi 13 novembre en hausse de 6,9% sur un an, à 3,67 milliards d'euros. Entre juillet et septembre, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté a également augmenté de 8,8%, à 1,41 milliard d'euros, grâce à une bonne performance du marché hexagonal et malgré une baisse sur l'ensemble des autres marchés.

"Pour Altice France, nos résultats solides sont portés par une croissance de l'ensemble des segments de marché, parmi lesquelles une amélioration des performances sur le fixe pour le deuxième trimestre consécutif", s'est félicité le fondateur du groupe, Patrick Drahi, cité dans un communiqué. Sur son principal marché, SFR voir en effet ses revenus progresser de 7,2% et sa marge d'Ebitda ajusté s'améliorer de 0,8 point à 39,8%, en particulier du fait d'une croissance du nombre de clients tant sur le fixe (notamment grâce à la fibre) que sur le mobile.

L'opérateur revendique ainsi 41 000 clients supplémentaires sur le fixe (+59 000 sur la fibre) et 234 000 abonnés supplémentaires sur le mobile, sa plus forte progression sur les derniers trimestres. Les revenus générés par le fixe restent en baisse (-0,6%), mais celle-ci ralentit comparé aux trimestres précédents, tandis que la croissance sur le mobile est faible (+0,7%).

Le groupe de télécoms confirme ses objectifs

SFR compense toutefois avec d'excellentes performances sur le marché entreprises (+23,9%). Sur le deuxième marché d'Altice Europe, le Portugal, le chiffre d'affaires est également en croissance (+2,1%) mais avec un repli de l'Ebitda ajusté (-1,7%) que le groupe explique par une base de comparaison défavorable et la perte de revenus à forte marge sur le segment entreprises.

Concernant ses perspectives, le groupe a confirmé ses objectifs, revus à la hausse lors du trimestre précédent. En France, il table toujours sur un chiffre d'affaires en progression de 5% à 6% sur l'exercice, avec un Ebitda ajusté compris entre 4,1 milliards et 4,2 milliards d'euros. Le groupe garde un niveau élevé d'endettement, légèrement supérieur à 30 milliards d'euros, soit environ 6 fois son Ebitda annuel, mais il espère toujours ramener ce taux à 4,25 fois à moyen terme.

Découvrir plus d'articles sur :