La marque de smartphones Wiko demande à ses salariés de partir, il ne restera bientôt plus grand chose de français

La marque de smartphones Wiko demande à ses salariés de partir, il ne restera bientôt plus grand chose de français

Wiko révèle son nouveau smartphone View 3 à Barcelone, lors du World Mobile Congress, en 2019. YouTube/Wiko

C'est une aventure française qui ne se passe pas aussi bien que prévu. Le fabricant de smartphones Wiko, créé à Marseille en 2011, a décidé d'alléger sa masse salariale en se séparant d'une partie de ses 250 salariés en France, dont 200 à Marseille. Wiko a décidé d'ouvrir une négociation pour la mise en place d'une rupture conventionnelle collective basée sur le volontariat des collaborateurs, selon les termes d'un communiqué de presse.  

"Cette adaptation doit permettre l'amélioration de la compétitivité de la marque, figurant dans le top 4 européen, et numéro 3 sur le marché français", peut-on lire dans ce document. Bien que Wiko ait encore dans l'esprit des consommateurs un accent français, l'entreprise est désormais chinoise, complètement acquise par Tinio en 2018. Interrogée par Business Insider France, un porte-parole de Wiko précise que la maison-mère n'a annoncé "aucun chiffre" sur le nombre de postes concernés et aimerait "parvenir rapidement à un accord pour rendre Wiko plus compétitive".

>> Notre étude - La 5G et l'Internet des objets : comment la prochaine génération de technologie connectée va bouleverser l'IOT

Wiko compte 500 personnes dans une trentaine de pays, dont la moitié en France où la moyenne d'âge est d'environ 30 ans. La marque compte 200 salariés à Marseille dont une partie de la R&D, 25 à Paris et autant de commerciaux sur le terrain. Mais selon l'entreprise, cette structure de coûts était dimensionnée pour un chiffre d'affaires en croissance, sur un segment marché — l'entrée de gamme — qui tire déjà beaucoup les prix. Les smartphones Wiko sont vendus entre 59 et 299 euros, avec un coeur de cible à moins de 100 euros. Or, la marque aurait connu pour la première fois de sa jeune histoire une année atone en 2018 — sans donner de chiffres — en raison d'un ralentissement et surtout de l'arrivée en force de marques chinoises — Huawei, Xiaomi et Oppo.

>> A lire aussi - Google dévoile la bêta d'Android Q, voici ce qui vous attend

Dans une interview à Challenges, James Lin, le patron de Wiko et fondateur de Tinno, évoquait son ambition de "mettre l'accent pour suivre mieux les tendances qu'auparavant". Lors du World Mobile Congress de Barcelone en février dernier, Wiko a présenté son mobile View 3, avec trois caméras, à moins de 300 euros.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'incroyable batterie de l'Energizer Power Max K18 Pop, un smartphone made in France qui peut tenir un mois et demi sans recharge

VIDEO: Les chambres de cet hôtel sont décorées comme dans Harry Potter — vous y accédez par une bibliothèque secrète

11 Commentaires

  1. tobby

    Sérieux une marque soit disant française qui vends que des smartphone chinois rebadgés WIKO et vendu bien au dessus de leur vraie valeur ! il faut pas se moquer de nous ... c'est même étonnant qu'elle a durée aussi longtemps ...

    • BenMaL

      Rebadgé ? Pas pour les produits vendus sous la marque Wiko.

      Le groupe Tinno reste le fabricant des Wiko et est partenaire depuis la création de la marque.

      Maintenant que Tinno a racheté Wiko, c'est pour privilégier la marque tout en étant son concepteur de A à Z avec tout de même des services basés dans différents pays, tout comme à Marseille à leur siège.

      La marque est 3ème France hors opérateurs ("open market"), donc si elle dure depuis ce temps, c'est que les produits plaisent.

      Faut juste se poser la bonne question lors d'un achat : "est-ce qu'en mettant 100 balles dans un Wiko je peux faire la même chose qu'avec feu mon Galaxy S7 ? ou mon iPhone 8 ?"

      Beaucoup de clients pensent au prix mais pas à l'usage en 1er.

      Quand on met 150€ à 200€ dans les derniers Wiko, on a d'excellents produits, plus compétitifs que Huawei et Samsung.

    • Ben

      3ème marque la plus vendue en France hors opérateurs, ça plait bien à du monde non ?
      N'en déplaise à certains...

      Et si vous trouvez que c'est vendu bien au-dessus de sa valeur, que penser des Samsung hors de prix pour ce qu'il y a dedans ?!! (notamment les Galaxy J).

      Et pour votre dernière phrase, la marque s'adapte au contexte du marché, elle n'est pas morte 😉

  2. hakim

    pour moi c'est des voleurs acheté un wiko à 200 euros pour ma fille la batterie a commencé à fuir je l'envoie au sav de wiko il était neuf!!! et bien il me l'ont renvoyé me disant qu'il avait pris l'eau...bande d'escocs depuis plus jamais wiko de la daube en puissance

    • Ben

      Une batterie qui fuit, mais il n'a pas pris l'eau, vous (ou votre fille) prenez les gens pour des imbéciles...

  3. Berurier

    SAV de merde me suis fait avoir une fois mais pas deux, ils sont incapables d’assumer leur marchandises bas de game

  4. Fred

    Wiki n’a jamais rien eu de français !

  5. John john

    Politique commerciale choisie: l arnaque. Bien fait
    Wiko plus pour moi

  6. Jailbreak

    Cocorico Wiko disaient-ils dans la publicité, j'ai acheté des wikos, toujours très satisfait de ces téléphones en partie français. Un jour j'ai vu la voiture du commercial garé devant Darty...une cocorico mini ( marque de BMW). Ça s'appelle prendre des gens pour des cons en jouant sur la fibre patriotique sans bien sûr montrer l'exemple. Je suis reparti chez Nokia. Il faut être intègre, même si on fait du commerce.

    • Ben

      si les leasing des marques françaises étaient compétitifs, ça se saurait

  7. Kortes

    200 gilets jaune de plus... Profit à gogo et delocalidation. La mondialisation a la Macron...

Laisser un commentaire