Du Nutella à -70% dans les magasins Intermarché ! Fin janvier 2018, l'offre avait défrayé la chronique occasionnant des bousculades — parfois musclées — dans les rayons des magasins qui proposaient ce tarif. Elle était accompagnée aussi de ristournes choc sur du café et des couches pour bébé. C'est pour enrayer ce genre d'affaires que les règles encadrant les promotions ont été revues depuis par la loi issue des Etats généraux de l'alimentation, dont certains pans sont entrés en vigueur en ce début d'année.

Outre le buzz et la séduction de nouveaux clients, cette affaire Nutella a coûté cher à l'enseigne. La DGCCRF, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, avait alors diligenté une enquête pour vérifier si cette promotion agressive était licite. Or, "les investigations menées par les agents de la DGCCRF ont montré qu'Intermarché n'avait pas respecté les dispositions en vigueur interdisant la revente à perte, ce qui constitue une infraction pénale passible d'une amende de 375 000 euros pour une personne morale', lit-on dans le rapport annuel 2018 de la DGCCRF, publié ce lundi 25 mars 2019.

D'après la Direction de la répression des fraudes, le groupe Intermarché aurait reconnu fin juin 2018 qu'il n'avait pas respecté la règlementation relative à l'interdiction de revente à perte pour cette promotion, ce qui lui a valu cette amende de 375 000 euros (le maximum pour ce genre de cas).

Depuis cette affaire, la loi dite "Egalim", issue des Etats généraux de l'alimentation, a modifié un certain nombre de règles. Ainsi, d'une part depuis le 1er janvier, les promotions sont désormais encadrées et limitées à 34% de la valeur du produit et depuis le 1er mars, à hauteur de 25% en volume.

D'autre part, depuis le 1er février, la loi impose également une augmentation de 10% du SRP, le seuil de revente à perte. Les magasins sont désormais obligés de revendre les produits au moins le prix qu'ils les ont achetés, plus 10%.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les prix de centaines de produits alimentaires grimpent dans les hypermarchés — voici pourquoi