Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La moitié des salariés souhaitent rester en télétravail pendant au moins un ou deux jours par semaine

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La moitié des salariés souhaitent rester en télétravail pendant au moins un ou deux jours par semaine
Un gros tiers des salariés aimeraient télétravailler plus de 3 jours par semaine. © Ecole polytechnique/Flickr

Le télétravail a pris son essor avec la pandémie. On le voit à présent s'installer dans la durée avec un mode de travail "hybride" — sur site et à distance — dans des conditions qui se sont améliorées depuis le début de la crise Covid mais qui présentent aussi des risques, selon une enquête publiée lundi 14 juin. Cette enquête a été réalisée en ligne du 24 février au 24 avril 2021 auprès de 2 864 répondants par le réseau des Agences nationale et régionales pour l'amélioration des conditions de travail (Anact-Aract) à l'occasion de la 18e semaine de la Qualité de vie au travail (QVT)

En 2021 comme en 2020 les salariés souhaitent maintenir un niveau élevé de télétravail : plus de 3 jours par semaine pour 36% des répondants, à hauteur d'1 ou 2 jours pour 56%, selon l'enquête. "Le travail hybride s'installe dans la durée et les organisations ont tout intérêt à continuer de tester, évaluer et ajuster les modalités de fonctionnement collectifs adaptées (fréquences et formats de réunions, formes du suivi de l'activité, nombre de jours sur site et à distance…)", souligne le réseau qui parle de "nouveau défi".

À lire aussi — Voici à quoi ressemblait la vie au bureau dans les années 1970

Après une année de télétravail massif, entrecoupée de périodes de confinement, près de trois-quarts des répondants estiment disposer d'un environnement matériel adapté (72% contre 67% en 2020) et d'outils numériques adéquats (95% contre 87% en 2020) mais seuls 20% témoignent d'une prise en charge par l'entreprise des surcoûts liés à ce mode d'organisation.

40% disent souffrir d'isolement

49% des répondants déclarent que leurs activités ont été adaptées ou redéfinies contre 77% en 2020 et 77% s'estiment aussi en mesure de réaliser l'ensemble de leur activité à distance (contre 61% il y un an).

Mais les observations de terrain montrent que si les apprentissages collectifs et individuels ont progressé, les fonctionnements collectifs ont été "affectés" par le travail à distance qui présente aussi "des risques pour la santé", souligne le réseau.

Pour 37% des répondants (17% en 2020), les relations de travail se sont en effet plutôt dégradées. 63% d'entre eux ont aussi le sentiment de "travailler plus" (67% pour les manageurs), contre 48% en 2020. 64% des répondants se disent en "sur-connexion", y compris ceux qui pratiquaient le télétravail avant le début de la crise. 50% (35 % en 2020) ressentent de la "fatigue" et 40% disent souffrir d'"isolement". Au total, ils sont 39% à appréhender le retour sur site.

À lire aussi — Mark Zuckerberg explique pourquoi il adore le télétravail

Découvrir plus d'articles sur :