Publicité

La monnaie numérique Diem, soutenue par Facebook, devrait être testée cette année

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La monnaie numérique Diem, soutenue par Facebook, devrait être testée cette année
© Pavlo Gonchar/SOPA Images/LightRocket via Getty Images
Publicité

La monnaie numérique Diem, soutenue par Facebook, prévoit de lancer un essai dans le courant de l'année, a rapporté CNBC mardi. Une source a déclaré à la chaîne américaine que Diem, qui est responsable de la création et du déploiement de la monnaie numérique, commencera à petite échelle et se concentrera sur les transactions monétaires entre consommateurs.

Dans le cadre de ce test, chaque stablecoin sera rattaché au dollar américain. Diem permettra aux utilisateurs d'échanger de l'argent entre eux et ils pourront l'utiliser pour acheter des biens et des services.

À lire aussi — 'Britcoin' : le Royaume-Uni pourrait créer un rival au bitcoin

L'année dernière, il a été annoncé que le stablecoin serait probablement lancé en janvier de cette année. Pour l'occasion, il avait changé de nom, passant de "Libra" à "Diem", et le projet a été considérablement réduit après avoir reçu des critiques de la part des régulateurs, des gouvernements et des autorités monétaires.

À l'origine, Facebook prévoyait d'entrer dans la sphère des monnaies numériques avec une seule cryptomonnaie mondiale liée à ses plateformes et à un panier de monnaies fiduciaires. Les plans actuels prévoient plusieurs monnaies, chacune liée à une monnaie nationale spécifique, ainsi qu'une cryptomonnaie liée aux monnaies de plusieurs États-nations.

Diem s'est adaptée pour apaiser les critiques

Les critiques craignaient que la création d'une monnaie numérique universelle par la société de réseaux sociaux ne déstabilise le système monétaire mondial et ne devienne un terrain propice aux activités illicites telles que le blanchiment d'argent.

Les préoccupations relatives à la protection de la vie privée liées aux scandales liés à la sécurité des données de Facebook ont également fait surface.

Ran Goldi, PDG de First Digital Assets Group, a déclaré à CNBC qu'il pense que Diem a apporté des changements majeurs et s'est transformée "d'une blockchain naïve en une blockchain très sophistiquée dont vous pouvez voir qu'elle tente de répondre à certaines des questions que les régulateurs se posaient".

Libra avait été soutenu par de grandes entreprises financières, dont Visa et Mastercard, jusqu'à ce que les inquiétudes s'amplifient et qu'elles se dissocient du projet. Elles ont toutes deux annoncé qu'elles prendraient en charge les cryptomonnaies par le biais de leurs plateformes au cours des derniers mois.

Diem, qui est dirigée depuis la Suisse, a procédé à plusieurs changements de direction après le départ de bailleurs de fonds comme Visa et Mastercard.

Les discussions avec les régulateurs suisses concernant une licence de paiement sont en cours, a déclaré Christian Catalini, économiste en chef de Diem, à CNBC le mois dernier, et devront être menées à bien pour que l'essai de Diem puisse être lancé cette année.

Version originale : Sophie Kiderlin/Insider

À lire aussi — Ether, litecoin, elrond... ces cryptomonnaies alternatives au bitcoin

Découvrir plus d'articles sur :