La mystérieuse soeur de Kim Jong-Un est apparue à ses côtés, alors qu'on la pensait en disgrâce

Kim Yo-Jong avec son frère, le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-Un, et d'autres officiels nord-coréens aux Mass Games, à Pyongyang, le 3 juin 2019. Agence centrale de presse coréenne/Service de presse coréen via AP/ORGE SILVA/AFP/Getty Images/Business Insider

La mystérieuse soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, qui l'aide à gouverner le pays, est apparue publiquement à ses côtés alors que des rumeurs annonçaient depuis des mois que la jeune femme était tombée en disgrâce. Les médias d'Etat de la Corée du Nord ont diffusé des images de Kim Yo-Jong en train d'applaudir, aux côtés de son frère et d'autres officiels nord-coréens, lors des Mass Games ("Jeux de masse", en français) à Pyongyang, ce lundi 3 juin. Cet événement annuel de propagande, à la gloire du régime, met en scène des dizaines de milliers d'artistes, de danseurs et de gymnastes.

C'était la première apparition publique de Kim Yo-Jong, considérée comme la femme la plus puissante de Corée du Nord, depuis le 12 avril dernier - soit 52 jours. BBC Monitoring a partagé les images de l'événement retransmis par les médias d'Etat nord-coréens. Sur celles-ci, on peut apercevoir Kim Yo-Jong, vêtue de gris, en train d'arriver sur place accompagnée de son frère. 

Kim Yo-Jong a été nommée chef du département de propagande du Parti du Travail de Corée, en 2017.  Elle accompagne régulièrement son frère à des événements très médiatisés, y compris ses deux sommets avec le président américain Donald Trump. Mais les rumeurs sont allés bon train après son absence à un certain nombre d'événements politiques à partir d'avril, alimentant les spéculations selon lesquelles la jeune femme aurait été rétrogradée ou aurait été tenue hors de la vue du public après l'échec du deuxième sommet entre Kim Jong-Un et Donald Trump en février dernier. 

NK News, un site d'information américain qui couvre la Corée du Nord, a rapporté en avril que Kim Yo-Jong avait peut-être perdu son poste à responsabilité au sein du bureau politique nord-coréen et qu'elle avait cessé de participer à des événements politiques importants.

Les Mass Games de Corée du Nord, un événement de propagande annuel, met en vedette des milliers d'artistes. Wikimedia Commons

Elle n'était pas non plus présente à une réunion entre Kim Jong-Un et le président russe Vladimir Poutine, plus tard en avril.

Chosun Ilbo, le plus grand quotidien sud-coréen, a rapporté en mai que Kim Jong-Un avait ordonné à sa soeur de faire profil bas après l'échec de son sommet avec Donald Trump. Son apparition lundi suggère que cette information est erronée ou alors que Kim Jong-Un a changé d'avis sur le rôle public que doit tenir sa sœur. Les médias sud-coréens ont l'habitude de rapporter des scoops sur la politique nord-coréenne qui s'avèrent faux, expliquait l'agence Associated Press (AP) la semaine dernière.

Kim Yong Chol, un haut responsable nord-coréen, était également présent à l'événement de lundi, en dépit d'un article du Chosun Ilbo qui indiquait qu'il avait été condamné aux travaux forcés et à une "éducation idéologique". 

Kim Jong-Un et Kim-Yo Jong lors du sommet intercoréen dans la zone démilitarisée des deux Corée en avril 2018. Images de piscine/Getty

Kim Hyok Chol, l'envoyé spécial de la Corée du Nord aux Etats-Unis, n'a pas été vu lors de l'événement. Chosun Ilbo a indiqué la semaine dernière qu'il avait été exécuté, après l'échec du sommet avec Donald Trump, pour avoir "trahi le chef suprême". Des sources ont rapporté mardi à CNN qu'il était bel et bien en vie mais en détention, et qu'il pourrait encore faire l'objet de "lourdes peines".

Les médias d'Etat nord-coréens ont estimé que l'événement des Mass Games avait donné lieu à "de beaux et gracieux mouvements rythmiques, une gymnastique pleine d'entrain, une émotion nationale intéressante et une riche représentation artistique".

Des enfants artistes participant aux Mass Games de 2018. Alexander Demianchuk\TASS via Getty Images

Mais ils soulignaient aussi que Kim Jong-Un n'était pas satisfait de certains aspects du spectacle. Ainsi, le dirigeait nord-coréen aurait "appelé les créateurs du spectacle et les aurait critiqué sérieusement pour leur mauvais esprit de création et leur attitude de travail irresponsable, pointant du doigt le contenu et les formes des œuvres".

Les Mass Games rassemblent environ 150 000 personnes et jusqu'à 100 000 artistes et sportifs y participent. Ses détracteurs affirment que l'événement met sous silence les controverses sur les droits de l'Homme en Corée du Nord. Et des enquêtes ont révélé comment les écoliers passaient des mois à suivre une formation stricte pour être prêts le jour de l'événement.

Version originale : Sinéad Baker/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 9 choses surprenantes sur l'économie de la Corée du nord

VIDEO: Voici pourquoi on va changer d'heure ce week-end — et pourquoi cela pourrait être une des dernières fois