Publicité

La NASA a choisi les 18 astronautes qui vont participer aux missions visant à retourner sur la Lune

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La NASA a choisi les 18 astronautes qui vont participer aux missions visant à retourner sur la Lune
Les astronautes Christina Koch (gauche) et Jessica Meir (à droite) à bord de la station spatiale internationale le 12 octobre 2019. © NASA
Publicité

La NASA a révélé le nom des 18 astronautes au cœur de son programme Artemis : une série de missions visant à ramener des humains sur la Lune. Si le programme réussit, l'une des neuf astronautes sélectionnées par l'agence deviendra la première femme à poser le pied sur la surface lunaire. Quant aux neuf autres hommes nommés par la NASA, ils seront les premiers à remarcher sur la Lune depuis plus de 50 ans. Le groupe a été sélectionné parmi les 47 astronautes actifs de la NASA.

"Mes compatriotes américains, je vous présente les héros du futur, ceux qui nous ramèneront sur la Lune et au-delà - la génération Artemis", a lancé le vice président Mike Pence lors d'une réunion du Conseil national de l'espace mercredi 9 novembre, au Centre spatial Kennedy de la NASA en Floride.

A lire aussi—Le téléscope Hubble a immortalisé le déclin 'très étrange' d'une étoile et de sa nébuleuse

L'astronaute Anne McClain parle à ses proches à travers une vitre de plexiglas avant de monter à bord du vaisseau russe Soyouz, au cosmodrome de Baikonour, Kazakhstan le 3 décembre 2018.  Dmitri Lovetsky/AP

Deux des astronautes choisis, Victor Glover et Kate Rubins, sont actuellement à bord de la Station spatiale Internationale. Le premier, commandant de la Navy, est le pilote de la mission Crew-1 de SpaceX et également le premier astronaute noir à servir une mission de longue durée à bord de l'ISS. Kate Rubins est ingénieur de vol pour Expedition 64 (le 64ᵉ roulement de l'équipage de l'ISS).

"Nous représentons toutes les classes sociales des Etats-Unis. Et chaque enfant dans notre pays et même dans le monde entier, doit nous regarder et se dire, si vous me ressemblez, je peux le faire moi aussi", a glissé l'astronaute Anne McClain, un autre membre de l'équipage Artemis, lors de la réunion.

Cette dernière a enregistré plus de 2 000 heures de vol sur 20 types d'avions différents et passé 204 jours à bord de l'ISS de décembre 2018 à juin 2019.

Le programme Artemis consiste en trois missions dont le premier alunissage avec équipage depuis 1972. L'objectif plus large de la NASA est d'établir une présence humaine constante sur la Lune d'ici la fin de la décennie, ce qui impliquera la construction d'une base lunaire et d'une station spatiale en orbite autour de la Lune.

Le groupe d'astronautes Artemis comprend également Jessica Meir et Christina Koch, qui ont participé à la première sortie dans l'espace entièrement féminine en 2019. Joe Acaba, l'une des nouvelles recrues, est un vétéran des vols spatiaux qui a participé à trois missions et a été la première personne d'origine portoricaine à être nommée astronaute de la NASA.

Le 24 septembre 2020. Les astronautes Soichi Noguchi et Victor Glover arborent les couleurs de leur pays (respectivement le Japon et les Etats-Unis) sur leur combinaison Space X. Space X

Les autres astronautes du groupe sont : Kayla Barron, Raja Chari, Matthew Dominick, Woody Hoburg, Jonny Kim, Kjell Lindgren, Nicole Mann, Jasmin Moghbeli, Frank Rubio, Scott Tingle, Jessica Watkins et Stephanie Wilson.

Aucun n'a encore été affecté à une mission spécifique et la NASA pourrait ajouter d'autres membres à l'équipe, y compris des astronautes d'autres pays. Mais l'entraînement pour un voyage lunaire prendra des années, c'est pourquoi l'agence a nommé les membres de l'équipe dès maintenant.

"Le vol spatial n'est pas pour les impatients. Il est dangereux, très compliqué", a déclaré Nicole Mann, qui doit également effectuer le premier test en équipage du vaisseau spatial CST-100 Starliner de Boeing en juin, selon le National Geographic. "Nous avons un groupe de personnes qui travaillent ensemble, non seulement aux États-Unis, mais aussi au sein de la communauté internationale, qui vont s'unir pour faire de ce projet un succès".

Des astronautes vivent et travaillent sur la Lune

Après le premier alunissage du programme Artemis, la NASA espère envoyer chaque année des astronautes supplémentaires sur la Lune.

A terme, l'agence veut construire une station orbitale similaire à la Station spatiale internationale, mais sur l'orbite de la Lune. La NASA prévoit également de mener des expériences d'extraction de glace sur la Lune, qui pourraient servir à créer du carburant pour fusée destiné aux voyages à d'autres voyages dans l'espace.

De plus, les astronautes qui se rendent sur la Lune pourraient tester des technologies de survie qui pourraient être utilisées lors d'une future mission sur Mars.

Une modelisation 3D du camp Artemis sur la lune. NASA

Le programme Artemis prévoit deux missions préliminaires avant l'alunissage. La première, Artemis 1, serait un lancement sans équipage d'une capsule spatiale Orion au sommet de la prochaine méga-fusée de la NASA, le système de lancement spatial (SLS). L'engin spatial resterait en orbite autour de la Lune pendant trois jours à titre d'essai, puis en reviendrait. Le calendrier actuel de la NASA suggère que la mission pourrait être lancée en novembre 2021.

Après cela, Artemis 2 - dont le lancement est prévu en août 2023 - serait la première mission lunaire avec équipage du programme. Lors d'un survol lunaire, la capsule Orion transporterait quatre astronautes autour de la face cachée de la Lune. Cet équipage irait plus loin dans l'espace que tout autre homme avant lui, pour une mission de 10 jours.

Ensuite, la mission Artemis 3 enverrait quatre astronautes à bord d'un vaisseau spatial Orion en orbite lunaire. A partir de là, un atterrisseur lunaire emmènerait deux des astronautes à la surface de la Lune. Ils y resteraient environ une semaine, pour collecter des roches lunaires et mener diverses expériences. Et puis ces astronautes s'envoleraient, rejoindraient leurs collègues d'équipage sur l'orbite lunaire et rentreraient chez eux.

Le timing de la mission Artemis peut encore varier

Le Congrès américain n'a pas encore fourni à la NASA les 28 milliards de dollars dont l'agence dit avoir besoin au cours des quatre prochaines années pour permettre un alunissage rapide.

Le gouvernement du président Joe Biden va donc probablement repousser de plusieurs années le calendrier ambitieux que le président Donald Trump avait établi. Les objectifs modifiés s'aligneraient alors sur une proposition de loi du comité des sciences de la Chambre des Représentants qui viserait à faire atterrir les astronautes sur la Lune en 2028 au lieu de 2024.

Joe Biden semble cependant soutenir le programme Artemis dans son ensemble. Il a écrit en août qu'il espérait diriger "un programme spatial audacieux qui continuerait à envoyer des héros astronautes pour poursuivre les explorations et étendre les frontières scientifiques" des Etats-Unis.

A lire aussi—Starship, la fusée géante de Space X, rate son premier essai en haute altitude

Découvrir plus d'articles sur :