Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La NASA et l'ESA lancent séparément un appel à projets pour participer à la lutte contre le Covid-19

La NASA et l'ESA lancent séparément un appel à projets pour participer à la lutte contre le Covid-19
L'hôpital Helios Klinikum à Schwerin (Allemagne) se prépare à une augmentation des cas de Covid-19. © Jens Büttner/alliance de photos via Getty Images

En réponse à l'épidémie mondiale due au coronavirus, la NASA et l'Agence spatiale européenne (ESA) ont déjà commencé à participer aux efforts collectifs à leur manière. L'agence spatiale américaine a mis ses superordinateurs à contribution pour aider les recherches pour trouver un remède au Covid-19, tandis que le satellite Sentinel-5P du programme Copernicus rend compte de la chute de la pollution en Europe due aux mesures de confinement en vigueur dans de nombreux pays. Mais les agences spatiales veulent faire plus dans la lutte contre le Covid-19. La NASA et l'ESA ont donc décidé de lancer, séparément, un appel aux propositions pour soit effectuer des recherches liées à la pandémie, soit pour aider à fournir des services de secours.

Dans son communiqué, l'ESA, qui lance ce projet baptisé "L'espace en réponse à l'épidémie de Covid-19" en coopération avec le gouvernement italien (l'Italie étant l'un des pays européens les plus gravement touchés par la pandémie), invite "les entreprises à soumettre leurs idées de déploiement et de démonstration de services pour répondre à l'urgence à laquelle l'Europe, et en particulier l'Italie, est confrontée en raison de la propagation du coronavirus." Les deux domaines dans lesquels des propositions sont attendues sont la santé et l'éducation.

Plusieurs exemples sont cités pour donner un aperçu des propositions qui pourraient susciter un intérêt : diagnostic à distance, traitement initial et suivi des patients; garantir la santé mentale et le bien-être des personnes confinées à domicile; formation (en temps réel) du personnel médical utilisant des systèmes de vidéoconférence; formation et éducation à distance pour les enseignants et les étudiants etc.

Les principaux objectifs de ce projet sont :

  • "d'aider les citoyens et les professionnels de la santé ou de l'éducation vivant en Italie à faire face aux défis de l'épidémie due au coronavirus;
  • de soutenir le développement et l'adoption de services dans les domaines de la santé et de l'éducation pour aider la communauté italienne à réagir à l'épidémie;
  • de démontrer les avantages de l'utilisation des systèmes spatiaux intégrés à d'autres technologies innovantes dans ces circonstances extraordinaires;
  • d'offrir aux opérateurs économiques la possibilité de déployer et de démontrer des solutions d'application basées sur l'espace au profit des citoyens, des autorités locales et des entreprises."

Les entreprises souhaitant participer doivent tout d'abord être basées dans les États membres suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Elles devront soumettre une première ébauche avant le 20 avril prochain et celles qui ont été retenues pour rendre une proposition complète avant le 14 mai seront annoncées la semaine suivante. Les entreprises sélectionnées recevront un financement de 2,5 millions d'euros et une capacité satellitaire gratuite.

La NASA cherche des projets pour une 'réponse rapide et de nouvelles recherches'

De son côté, la NASA recherche des propositions "faisant un usage innovant des données satellitaires de la NASA pour faire face aux impacts environnementaux, économiques et/ou sociétaux de la pandémie à l'échelle régionale à mondiale", rapporte Spacenews.com. "Nous allons décerner des prix très rapidement", a déclaré Sandra Cauffman, directrice par intérim du département des sciences de la Terre de la NASA, lors d'une conférence en ligne le 31 mars 2020. Ils seront attribués dans les 10 jours suivants la soumission des propositions, a-t-elle précisé.

Ce qui intéresse tout particulièrement l'agence spatiale américaine, ce sont les données avant et après des zones touchées par la pandémie et qui ont dû appliquer des mesures de confinement partiel ou total, ce qui a provoqué la réduction des déplacements et des activités industrielles et donc des émissions polluantes. Ces données collectées pourraient en effet représenter une occasion unique de mieux comprendre les effets des activités humaines sur l'environnement.

Par ailleurs, l'agence spatiale américaine a lancé le 1er avril 2020 un appel à idées auprès de ses employés sur la manière dont l'agence peut contribuer aux efforts collectifs pour lutter contre le Covid-19. Grâce à une plateforme interne de crowdsourcing "NASA@Work", les employés sont invités à soumettre leurs idées pour le développement d'équipements de protection individuelle et d'appareils de ventilation artificielle, ainsi que pour la prévision de la propagation de la maladie et de ses effets sur la société. D'autres idées sont aussi les bienvenues comme des applications de télémédecine ou encore des leçons tirées des vols spatiaux de longue durée pouvant aider à apporter une réponse d'une manière ou d'une autre à cette épidémie.

Les activités de la NASA et de l'ESA ont déjà été fortement perturbées en raison de la propagation de l'épidémie due au coronavirus. Côté américain par exemple, les travaux de construction et de tests sur le lanceur et la capsule qui seront utilisés pour le vol habité du programme lunaire Artemis prévu pour 2024, ainsi que ceux concernant le futur télescope James Webb ont dû être suspendus. Côté européen, plusieurs missions spatiales ont été placées en veille sécurisée afin de réduire le nombre de personnes présentes au Centre européen des opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt (Allemagne). La grande majorité de leurs personnels sont d'ailleurs en télétravail, hormis ceux en charge de tâches critiques dont le maintien des opérations des vaisseaux spatiaux en temps réel.

A lire aussi — L'entreprise spatiale de Richard Branson va produire des appareils de ventilation artificielle pour les hôpitaux

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :