La NASA franchit une étape cruciale avec son très attendu télescope pour comprendre comment les premières étoiles sont nées

Le télescope spatial James Webb a été complètement assemblé pour la première fois. NASA/Chris Gunn

C'est l'un des grands instruments scientifiques les plus attendus et il vient de franchir une étape cruciale : le télescope spatial James Webb de la NASA a été complètement assemblé pour la première fois. Dans son communiqué publié mercredi 28 août 2019, l'agence spatiale américaine écrit : "les ingénieurs ont réussi à connecter les deux moitiés [ndlr : le télescope et le miroir d'une part et le bouclier solaire et le vaisseau d'autre part] du télescope spatial James Webb de la NASA pour la première fois dans les locaux de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie."

Et d'ajouter : "une fois dans l'espace, le télescope spatial le plus puissant et le plus complexe de la NASA explorera le cosmos à l'aide de la lumière infrarouge, des planètes et des lunes de notre Système solaire aux galaxies les plus anciennes et les plus éloignées." "Cette étape symbolise les efforts déployés par des milliers de personnes dévouées depuis plus de 20 ans au sein de la NASA, de l'Agence spatiale européenne (ESA), de l'Agence spatiale canadienne, de Northrop Grumman et de nos autres partenaires industriels et universitaires", a déclaré Bill Ochs, responsable du projet Webb pour le Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt dans le Maryland. Equipé d'un miroir de 6,5 mètres à huit panneaux, le télescope James Webb, qui devrait être lancé en mars 2021, devra scanner l'univers à la recherche de planètes hébergeant la vie et tentera de recevoir de la lumière datant de 300 millions d'années après le Big Bang, événement à partir duquel l'univers se serait créé.

Lancement prévu pour mars 2021

Le télescope James Webb devrait remplacer le télescope spatial Hubble, lancé il y a déjà 29 ans, qui a déjà perdu trois de ses six gyroscopes, même s'il reste fonctionnel. Par rapport à son prédécesseur, le James Webb balayera le ciel dans des longueurs d'onde plus longues et un peu différentes, allant du visible au mi-infrarouge, tandis que Hubble pouvait voir de l'ultraviolet à l'infrarouge proche. Ainsi, le nouveau télescope de la NASA pourra regarder plus loin, y compris des galaxies du début de l'Univers, qui demeurent invisibles pour Hubble.

Cela devrait lui permettre d'étudier chaque phase de l'histoire de l'univers pour apprendre comment les premières étoiles et galaxies se sont formées, comment les planètes naissent et où il pourrait y avoir des formes de vie dans l'univers.

L'instrument étant désormais complètement assemblé, il devrait passer de nouveaux essais en environnement et de déploiement avant son lancement officiel pour l'instant fixé à mars 2021. Cette date avait été repoussée en raison de problèmes budgétaires et techniques. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La NASA a découvert une planète avec trois soleils, encore mieux que dans Star Wars

Voici ce qui arriverait si vous arrêtiez de vous brosser les dents