Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La NASA recrute un responsable pour superviser la première mission de retour d'échantillons de Mars

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La NASA recrute un responsable pour superviser la première mission de retour d'échantillons de Mars
© NASA

La NASA est actuellement à la recherche d'un responsable qui supervisera la première mission de retour d'échantillons martiens prévue dans une dizaine d'années, rapporte CNN. Le programme Mars Sample Return (MSR), en partenariat avec l'Agence spatiale européenne (ESA), a pour objectif de recueillir des échantillons de roches, du sol et de l'atmosphère, puis de les ramener sur Terre pour les analyser. Les Etats-Unis ont réussi à faire atterrir quatre rovers pour explorer la planète rouge — dont Opportunity et Curiosity par exemple — qui ont pris des photos incroyables de Mars et analysé son climat, entre autres, grâce à leurs instruments scientifiques. Mais aucun d'eux n'a permis de ramener des échantillons sur Terre.

Selon la description du poste publiée sur le site d'emploi du gouvernement américain, le futur responsable devra superviser le programme dans son intégralité : des premiers stades de planification de la mission au lancement final, en passant par les phases de design et de développement. Le salaire annuel proposé est compris entre de 182 424 et 188 066 dollars, soit environ 165 549 et 170 669 euros. Le poste est basé à Washington (Etats-Unis) mais des déplacements occasionnels pourraient être demandés au responsable — pour des formations ou autres missions liées au poste — et le télétravail est possible selon les conditions fixées par l'agence.

A lire aussi — La NASA a demandé aux enfants de nommer son nouveau rover pour Mars, et les 9 noms finalistes comprennent 'Courage' et 'Vision'

En plus de détenir un diplôme dans un domaine scientifique pertinent, les prétendants doivent :

  • avoir de l'expérience pour planifier et développer des programmes de vols spatiaux dans des environnements complexes impliquant de multiples collaborateurs et partenaires internationaux, commerciaux, gouvernementaux et communautaires;
  • avoir de l'expérience dans la gestion de bout en bout des missions spatiales (conception, gestion de programmes/projets et surveillance);
  • avoir de l'expérience avérée dans l'exécution de programmes et de projets de vols spatiaux dans le respect des contraintes financières, calendaires et politiques.

L'offre d'emploi est ouverte jusqu'au 5 février prochain.

La mission MSR se fera en trois temps

La mission MSR se divise en fait en trois étapes : le prélèvement d'échantillons, la récupération et le retour sur Terre. La première étape devrait commencer dès le mois de juillet de cette année, avec le lancement d'un rover depuis Cape Canaveral en Floride. Ce rover devrait atterrir sur Mars en février 2021 pour y rechercher des signes d'une vie passée, étudier le climat martien, etc. Il stockera un ensemble d'échantillons dans de petits compartiments de la taille d'un stylo et les déposera dans des zones préalablement choisies de la surface martienne.

Dans un second temps, un rover européen parcourra la planète pour collecter ces boîtes, les stocker avant qu'elles ne soient lancées sur l'orbite martienne. En dernier lieu, ces échantillons seront captés par un vaisseau spatial de l'ESA et ramenés sur Terre, peut-on lire sur le site de l'ESA, qui précise que "les échantillons seront scellés dans un système de confinement pour éviter de contaminer la Terre avec des matériaux non stérilisés avant d'être placés dans une capsule de retour sur Terre."

Mars telle qu'on la connaît aujourd'hui — désertique et froide — Mars n'a rien à voir avec ce qu'elle était autrefois. Il y a 3,5 milliards d'années, la planète rouge abritait de l'eau en abondance sous forme de lacs, rivières, étangs etc. Le retour d'échantillons martiens pourrait permettre de comprendre la transformation radicale de Mars.

Découvrir plus d'articles sur :