Publicité

La Nasa valide la construction du télescope spatial SPHEREx, chargé d'élucider l'origine de l'univers

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La Nasa valide la construction du télescope spatial SPHEREx, chargé d'élucider l'origine de l'univers
Une illustation du télecope spatial SphereX, que la Nasa devrait lancer en 2024. © NASA/Jet Propulsion Laboratory/Wikimedia Commons
Publicité

A l'aube du siècle dernier, l'homme, qui pensait le cosmos statique, se tourne vers une autre hypothèse : il serait en expansion. En découle la théorie du Big Bang : d'abord extrêmement dense et chaud, l'Univers tel que nous le connaissons serait né d'une dilatation rapide, survenue il y a environ 13,8 milliards d’années, pour ne plus cesser d'enfler. Plusieurs objections remettent toutefois en cause ce modèle, et les premiers instants du monde, immédiatement après le Big Bang, demeurent occultes. C'est ce que tentera d'éclairer le télescope spatial infrarouge SPHEREx, dont la Nasa vient d'approuver les plans de conception, dernière étape avant sa construction et son lancement prévu entre juin 2024 et avril 2025.

Son objectif principal sera donc de chercher des preuves de inflation cosmique — la phase d'expansion très violente qui aurait eu lieu dans les quelques fractions de secondes après le Big Bang. Ce phénomène aurait influencé la distribution de la matière dans l'univers. Pour en traquer les traces, Sphere X va cartographier des milliards de galaxies, les unes par rapport aux autres. Les physiciens de la Nasa comptent déceler dans ces données des tendances, ou modèles statistiques, qui pourraient être causées par l'inflation cosmique — prouvant ainsi sa réalité, encore théorique.

A lire aussi — Des astronomes ont capturé de rares images d'un trou noir dévorant une étoile

Origine des galaxies et recherche de vie extraterrestre

Le deuxième objectif de SPHEREx sera de détecter les lueurs de toutes les galaxies qui subsistent dans l'univers, comme l'explique la Nasa dans son annonce. Cela devrait permettre aux scientifiques d'en savoir davantage sur l'histoire de leur formation, et sur les premières étoiles qui se sont enflammées en leur centre, juste après le Big Bang.

Le troisième objectif du télescope sera d'observer les étoiles nouvellement formées dans leur propre galaxie, et d'y chercher des trace de glace d'eau et de molécules organiques gelées. Les jeunes étoiles naîtraient en effet dans les nuages de gaz froids et denses des galaxies, et de la glace d'eau s'y poseraient. "L'eau des océans de la Terre a très probablement commencé sous forme de glace interstellaire", peut-on lire dans le communiqué. Une telle découverte rendrait possible la vie extraterrestre.

NASA/JPL-Caltech

Le télescope aura les dimension d'une petite voiture, révèle la Nasa. Les scientifiques de l'agence américaine vont désormais passer 29 mois à fabriquer les composants de SPHEREx et à développer son logiciel, pour un coût total d'un peu plus de 200 millions d'euros.

La cartographie en 3D dressée par SPHEREx — qui, grâce à la spectroscopie pour décomposer la lumière du proche infrarouge, révèle de quoi sont composés les corps célestes et leur distance par rapport au télescope — devrait ainsi répondre à plusieurs questions que se posent les scientifiques sur la naissance de l'univers. "C'est comme passer d'images en noir et blanc à des images en couleur. C'est comme passer du Kansas à Oz", résume Allen Farrington, le responsable du projet au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa.

A lire aussi — Les poussières d'astéroïdes prélevées par la sonde japonaise pourraient nous éclairer sur la naissance de l'univers

Découvrir plus d'articles sur :