Justin Trudeau, le premier ministre canadien. REUTERS/Eric Vidal

Le Parlement européen a approuvé mercredi 15 février 2017 le CETA, l'accord controversé de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada.

Le traité pourrait entrer en vigueur provisoirement dès le 1er mars en attendant sa ratification par les parlements nationaux.

Le CETA, qui doit faire disparaître les tarifs douaniers sur près de 99% des marchandises entre l'UE et le Canada, a été adopté par 408 voix contre 254 et 33 abstentions.

Selon les défenseurs du traité, la signature de cet accord économique pourrait augmenter de 20% le commerce entre les deux partenaires dans les sept ans suivants l'accord.

Un millier d'opposants issus de mouvements de gauche, écologistes et altermondialistes ont manifesté aux cris de "No Ceta" à l'entrée du siège du Parlement devant lequel avait été érigé un "cheval de Troie" gonflable, symbole des risques que ferait peser l'accord sur les normes sociales et environnementales de l'UE.

REUTERS/Vincent Kessler

Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, est attendu demain à Bruxelles pour prononcer un discours devant les députés européens.

Le CETA a nécessité cinq ans de négociations et est le premier accord commercial du bloc européen avec un pays du G7. 

Pour que ce traité entre définitivement en vigueur, il devra être ratifié par les 28 parlements nationaux et, dans certains pays, par les parlements régionaux (la Belgique notamment). Un processus qui s'annonce probablement délicat.

En octobre 2016, le CETA s'est déjà heurté au veto du Parlement wallon, empêchant la Belgique de donner son aval. Les 28 pays européens étaient pourtant tous favorables au CETA.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'Europe et le Canada ont signé le traité de libre-échange CETA — voici ce qu'il change

VIDEO: Il y a une sorte d'aliments qu'Usain Bolt n'a pas le droit de manger — la voici