Marion Carrette, présidente-directrice générale de OuiCar

Marion Carrette, fondatrice et présidente de OuiCar. OuiCar

OuiCar propose la location de plus de 30 000 voitures entre particuliers. Son principal concurrent est également français et se nomme Drivy.

En 2015, OuiCar a levé 28 millions d'euros auprès de la SNCF, qui s'est emparé par la même occasion de 75% du capital de la startup. A la suite de cette opération, sa valorisation était estimée à plus de 37,5 millions d’euros rapportait "Le Monde".

"On n'avait jamais imaginé une prise de participation majoritaire. On l'a fait car on était au cœur de la stratégie de la SNCF", a expliqué Marion Carrette, la fondatrice et présidente de OuiCar, lors d'un petit-déjeuner organisé au Hub Bpifrance ce mardi 11 octobre.

La SNCF peut désormais proposer dans 2 800 gares, où il n'y a pas d’agences de location de voitures, un service équivalent et qui entre dans le cadre de sa stratégie du "porte à porte" (bus, taxi, covoiturage, etc.).

OuiCar veut maintenant se développer à l'étranger et travaille sur de nouveaux débouchés comme la location d’une partie des 20 000 voitures de service de la SCNF. Le tout via smartphone. Des tests ont lieu actuellement dans les gares de Rennes (35), Reims (51) et Saint Brieuc (22).

Mais l’opération avec la SNCF n’est pas le fruit d’une unique entente financière. Pour la dirigeante, la perte de l’indépendance capitalistique devait être compatible avec sa liberté d'entreprendre. C'était pour elle la clé de la réussite du business plan qui avait séduit la SNCF. Pas question de noyer 50 employés au milieu des 140 000 salariés du groupe ferroviaire.

"On a mis des règles très claires au départ : on reste une startup. Nous n'avons ni le temps, ni le nombre de personnes pour sans cesse faire des reportings. On voulait garder notre capacité à décider très vite", explique la dirigeante, pionnière dans les modèles collaboratifs, avec le site de location d'objets Zilok en 2007.

A 41 ans, elle peut toujours compter sur le soutien de Marc Simoncini, associé de OuiCar à travers son fonds Jaina Capital, et toujours présent au board.

"Je me souviens d'une conférence de presse avec Guillaume Pépy (président du directoire de la SNCF, ndlr) où il a déclaré qu’il veillerait au grain et qu’il ne resterait que si on demeurait OuiCar. L'ingérence ça ne fonctionnerait pas", a t-elle confié à Business Insider France en marge de la conférence.

Dans les faits, le board de la société a tout même accueilli trois personnes de la SNCF : Mathias Emmerich, directeur général délégué Performance chez SNCF Mobilités ; Florence Parly, la directrice générale de Voyages SNCF et Hervé Richard, directeur du programme "Porte à Porte". Ce dernier est une sorte de "VRP de luxe" qui identifie les opportunités et le bon interlocuteur en interne.

Lire aussi : Le comportement bizarre de Donald Trump pendant le deuxième débat de la présidentielle américaine a fait flipper les internautes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Ces moules en forme de cœur ou de Bouddha donnent aux fruits des allures atypiques