Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La présidente de SpaceX déclare que l'entreprise spatiale s'occupe de régler la gêne causée par les satellites Starlink aux astronomes

La présidente de SpaceX déclare que l'entreprise spatiale s'occupe de régler la gêne causée par les satellites Starlink aux astronomes
© com/SpaceX

La présidente de SpaceX, Gwynne Shotwell, souhaite que les gens puissent admirer un satellite Starlink, sans pour autant devoir renoncer à l'observation de la Lune ou d'autres planètes du Système solaire. La méga-constellation de satellites Starlink — qui devrait se composer à terme de 42 000 micro-satellites — est censée pouvoir fournir un accès internet rapide et bon marché au monde entier, en commençant par le Canada et le Nord des États-Unis dès l'année prochaine.

Gwynne Shotwell a déclaré que l'entreprise spatiale travaille sur un moyen de rendre ses micro-satellites moins gênants pour les astronomes, rapporte le site SpaceNews. En effet, après le premier lancement d'une soixantaine de satellites Starlink en mai dernier, la communauté scientifique s'était inquiétée de la pollution lumineuse importante provoquée par ces derniers. Il y a quelques semaines, ces inquiétudes se sont confirmées : une astronome de l'Observatoire interaméricain du Cerro Tololo (CTIO) situé au nord du Chili, Clarae Martínez-Vázquez, a affirmé dans un tweet :

"Wow !!! Je suis choquée !!! L'énorme quantité de satellites Starlink qui a traversé notre ciel ce soir à @cerrotololo. L'exposition de notre DECam a été fortement affectée par 19 d'entre eux ! Le train des satellites Starlink a duré plus de 5 minutes ! Plutôt déprimant.... Ce n'est pas cool !"

Gwynne Shotwell a indiqué que l'un des nouveaux satellites Starlink qui devraient être lancés fin décembre sera traité avec "un revêtement sur le fond" spécialement conçu pour rendre l'engin spatial moins réfléchissant et donc moins susceptible d'interférer avec les observations du ciel. Mais la présidente de SpaceX a précisé qu'il s'agissait d'un test et qu'il est impossible de savoir si cela fonctionnera. "Nous faisons des essais et des erreurs pour trouver la meilleure façon d'y parvenir", a-t-elle déclaré lors d'un point presse au siège de SpaceX à Hawthorne en Californie.

Par ailleurs, ce revêtement expérimental ne serait qu'une solution temporaire pour remédier au problème. Et une solution qui pourrait avoir un impact sur la performance de l'engin en lui-même. "Ça change certainement les performances du satellite, du point de vue thermique. Il y aura un peu d'essais et des erreurs, mais on va arranger ça", a-t-elle précisé.

La présidente de SpaceX a insisté sur le fait que l'entreprise fondée par Elon Musk prend ce problème très au sérieux en affirmant : "nous voulons nous assurer que nous faisons ce qu'il faut pour que les enfants puissent regarder dans leur télescope. [...] L'astronomie est l'une des rares choses qui fascine les enfants dans le domaine de l'espace." Et d'ajouter que "c'est cool pour les gens de pouvoir voir un satellite Starlink dans le ciel. Mais ils devrait pouvoir regarder Saturne, la Lune... et ne pas vouloir être gênés."

SpaceX détient désormais la plus grande constellation de satellites de télécommunications en orbite avec 120 micro-satellites. L'entreprise devrait lancer sa troisième flopée de satellites Starlink fin décembre et en 2020, il faudra compter en moyenne deux lancements Starlink par mois. A terme, la constellation Starlink de SpaceX devrait comporter 42 000 satellites.

Découvrir plus d'articles sur :