Publicité

"La prochaine tendance musicale c'est le zouk" prédit le responsable des playlists de Spotify

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

"La prochaine tendance musicale c'est le zouk" prédit le responsable des playlists de Spotify
Le responsable des playlist chez Spotify nous décrit comment il découvre de nouveaux artistes et dévoile les genres musicaux à suivre en ce moment. © Unsplash
Publicité

A chaque moment de la journée, sa playlist. Spotify propose de se lever le matin avec "réveil en douceur", de prendre la voiture ou le métro avec la sélection "garde la pêche" dans les oreilles, puis de "travailler en musique" la journée et le soir enfin, de s'amuser avec "alors on danse". Des playlists comme celles-ci, l'application de streaming musical en propose une centaine et parfois pour des évènements (très) précis comme un voyage en van, une rupture amoureuse, etc. Pour déterminer quelle chanson nous conviendrait le mieux après une rupture, il y des équipe chez Spotify, chargées de continuellement écouter des titres et composer des playlists thématiques.

Le groupe suédois est implanté dans 78 pays et un service dédié à cette tâche existe dans presque chaque filiale, pour comprendre les goûts propres à chaque culture. Dans la branche française de Spotify, cinq personnes s'occupent de confectionner les playlists. Nicolas du Roy, le directeur éditorial, est à la tête de cette équipe. Il nous explique comment les artistes français font un carton dans les playlists à l'étranger et nous révèle les prochaines tendances musicales.

À lire aussi — Voici comment Britney Spears gagne et dépense sa fortune

Est ce que vous voyez une différence dans les choix de playlist depuis la rentrée ?

Pour l'instant, on reste sur des écoutes très estivales, la liste de lecture "ultimate summer party" fonctionne très bien par exemple. Les auditeurs ont encore envie d'apprécier ce qui les a marqué cet été. Les playlists de genre musicaux (rap, variétés, techno etc.) sont aussi très bien placées dans les listes de lectures, notamment celles avec des artistes français. En 2020 en France, plus de 80% des 20 titres écoutés étaient d'origine française.

On remarque justement que ce classement est composé en grande majorité de sons rap et hip-hop, est ce que ces genres musicaux écrasent tous les autres aujourd'hui ?

Pas vraiment. Il est évident que c'est de loin le genre musical le plus populaire chez les jeunes, mais si le rap est autant écouté sur Spotify c'est aussi parce que les moins de trente ans sont les principaux utilisateurs de l'application. Le streaming est encore nouveau comme façon de consommer la musique et les générations plus âgées débarquent de plus en plus sur l'appli. Je suis persuadé que le top 20 sera différent dans moins de cinq ans. Des artistes comme Kendji Girac, Clara Luciani ou Soprano (qui n'est plus réellement considéré comme du rap) progressent aussi dans le classement.

On note aussi que les artistes français s'exportent de mieux en mieux à l'étranger.

On remarque d'abord une tendance planétaire : la musique est de moins en moins cantonnée à un pays et les auditeurs aiment se tourner vers des titres étrangers. Le groupe de rock italien Måneskin, vainqueur du dernier Eurovision, est par exemple dans les top écoutes aux États-Unis. Les Français aussi s'exportent très bien. Auparavant c'était David Guetta, des artistes électro, de la musique avec peu de paroles qui était appréciée mais désormais c'est Aya Nakamura, Booba ou Angèle qui percent à l'extérieur.

On est régulièrement en contact avec les équipes éditoriales des autres pays et on se partagent les titres qui pourraient fonctionner selon les goûts à l'étranger. Les Allemands adorent Booba, quant à Aya, elle domine les classements au Mexique, notamment grâce à sa collaboration avec le chanteur latino Maluma.

À lire aussi — Apple va lancer une application de musique classique l'an prochain

Vous avez d'ailleurs fait appel à quelques-uns de ces artistes afin qu'ils composent leurs propres playlists pendant le premier confinement.

On avait choisi une liste de thématiques, que l'on a présenté à plusieurs artistes. Ils pouvaient ensuite choisir leur catégorie et nous proposer une liste de lecture personnelle. Ainsi Vianney s'est occupé de la sélection "A la maison", Aya Nakamura a concocté une playlist pour le sport, Jul pour les jeux-vidéo, Clara Luciani pour se relaxer, etc. Le public a adoré et on aimerait reproduire ce type de collaboration.

Est ce que vous décelez de nouvelles tendances pour les mois à venir ?

On remarque que le zouk est en train de monter dans les écoutes. Lorsque que l'on voit que les utilisateurs s'intéressent à un genre musical, on cherche alors à leur faire découvrir de nouveaux artistes. Le zouk ce n'est pas que Franky Vincent et la Compagnie créole. Il y a une très bonne production aux Antilles, à la Réunion, sur le continent africain, qui gagnent des auditeurs en France métropolitaine.

Nous avons par ailleurs des playlist au-delà des genres, où on va intégrer tous les artistes qu'on ne peut pas classer dans une catégorie ou ceux qui s'essayent à de nouveaux styles, comme Nekfeu, qui fait un duo avec Vanessa Paradis. Pour les interprètes, cela leur permet de toucher un public plus large et généralement les auditeurs apprécient.

Finalement les plateformes de streaming, c'est un bon moyen de faire émerger les nouveaux artistes ?

C'est surtout un cheminement plus simple. Auparavant, l'artiste préparait une maquette, qu'il présentait à un label et si ce dernier était intéressé, il contactait une radio afin que le titre soit diffusé. Désormais, les musiciens, labellisés ou non, peuvent directement venir pitcher leur contenu auprès de nous. En l'espace d'une semaine, ils peuvent proposer leurs sons à des millions d'auditeurs.

À lire aussi — Apple va enfin permettre à certaines applis de promouvoir les paiements en dehors de l'App Store

Découvrir plus d'articles sur :