Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La réalisatrice de 'The Eddy' sur Netflix évoque les contraintes imposées lorsqu'on tourne pour la plateforme

La réalisatrice de 'The Eddy' sur Netflix évoque les contraintes imposées lorsqu'on tourne pour la plateforme
© Roger Do Minh/Netflix

De quelles libertés disposent les créateurs qui travaillent pour Netflix ? L'arrivée de la plateforme de streaming en France a provoqué la méfiance d'une partie du secteur audiovisuel du pays. Les studios américains étant considérés comme interventionnistes, là où les diffuseurs et distributeurs français laisseraient plus de liberté aux créateurs. Ce vendredi 17 janvier, lors de tables rondes organisées en marge de l'inauguration de son bureau parisien, Netflix s'est employé à réfuter cette idée reçue.

Houda Benyamina — qui a réalisé deux épisodes de la série "The Eddy", créée par Damien Chazelle — a ainsi fait part de sa liberté lors du tournage, allant jusqu'à improviser une séquence qui n'était pas dans le script. "J'ai vraiment écouté ma nécessité d'aller chercher la vérité et de faire comme moi je sentais les choses", explique la cinéaste césarisée pour "Divines" en 2017. "Au montage, on a eu des notes qui venaient de Netflix, mais j'ai jamais reçu de coup de fil pour dire 'telle note a pas été appliquée'." Et de préciser : "Les discussions artistiques, je les avais plus avec Damien Chazelle."

A lire aussi — Netflix annonce plusieurs projets dont la nouvelle série de la créatrice de 'Dix pour cent'

Là où la réalisatrice s'est sentie limitée dans sa créativité, c'est sur des aspects techniques. "Il y avait des contraintes, sur le choix des caméras, par rapport à la façon dont ça allait être diffusé", raconte Houda Benyamina. Des conditions "qui peuvent être dures pour un réalisateur. Se dire que tu peux pas créer la lumière que tu veux par rapport à la dramaturgie que tu as, parce que la personne va regarder ça sur son portable, donc tu dois tout éclairer de la même façon".

Netflix ne se cache pas d'avoir un cahier des charges pour ses productions. Le géant du streaming veut notamment que tous ses contenus originaux soient filmés en 4K. La plateforme a ainsi une liste des caméras approuvées pour filmer, accessible sur son site. 90% de la durée totale d'un programme doit être filmé avec une de ces caméras — ce qui laisse un peu de marge pour les scènes filmées au drone ou sous l'eau par exemple.

"The Eddy" est une série musicale tournée à Paris qui doit être mise en ligne sur Netflix dans les prochains mois. C'est le premier projet de Damien Chazelle depuis "La La Land". C'est une plongée en huit épisodes dans le quotidien d'un club de jazz de la capitale. Au casting, on y retrouve notamment Tahar Rahim, Leila Bekhti, André Holland ("Moonlight") et Amandla Stenberg ("Hunger Games"). Il s'agira du premier Netflix Original français diffusé en HDR, une technologie vidéo présente sur les téléviseurs de dernière génération, qui permet d'afficher une palette de couleur plus large.

Découvrir plus d'articles sur :