Publicité

La Russie conclut la première phase d'essais de son nouveau missile hypersonique

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La Russie conclut la première phase d'essais de son nouveau missile hypersonique
La frégate russe "Amiral Gorchkov" effectue un tir d'essai du missile hypersonique Zircon, le 19 juillet 2021. © Russian Ministry of Defence
Publicité

La Russie a finalisé la première phase de vols d'essais de son nouveau missile hypersonique depuis une frégate, a annoncé l'agence de presse Tass de source ministérielle, mercredi 29 septembre. "Les essais en vol du Zircon, avec des lancements à partir d'une côte et de la frégate (...) 'Amiral Gorchkov', ont été réalisés avec succès", affirme la source en question, ajoutant que "plus de 10 lancements" avaient été effectués.

Une nouvelle batterie de test est prévue pour débuter courant novembre et s'étalera jusqu'en 2022. Le Zircon devrait également être lancé depuis le sous-marin Severodvinsk avant le gel de la mer Blanche — étant donné que l'essai, annoncé pour ce mois de septembre, n'a toujours pas eu lieu.

À lire aussi — La Corée du Nord affirme avoir testé un missile hypersonique

Le dernier tir d'essai du Zircon en mer Blanche, largement médiatisé, avait eu lieu en juillet dernier depuis la même frégate "Amiral Gorchkov". Volant à Mach 7, soit une vitesse sept fois supérieure à celle du son, il avait atteint une cible située à 350 kilomètres.

D'après le président russe Vladimir Poutine, le Zircon pourrait atteindre Mach 9, avec une portée supérieure à 1 000 kilomètres. Sa livraison devrait être effectuée d'ici 2025 selon le PDG de l'entreprise de défense chargée de sa conception, Mashinostroyenia. Il équipera, à terme, les navires de surface et certains sous-marins de la flotte russe.

La Russie a pris une longueur d'avance sur ses principaux rivaux, notamment les États-Unis, en matière de développement d'armes hypersoniques. Deux missiles de ce type, l'Avangard et le Kinjal, ont d'ores et déjà été mis en service par Moscou. Washington, qui s'est récemment félicité après l'essai d'un missile filant à Mach 5, peine pour l'heure à tenir la cadence.

À lire aussi — Les États-Unis s'équiperont de satellites capables de détecter des armes hypersoniques en 2023

Découvrir plus d'articles sur :