La Russie développe un nouveau missile hypersonique pour son armée de l'air

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La Russie développe un nouveau missile hypersonique pour son armée de l'air
Un missile hypersonique air-sol Kh-47M2 est placé sous un Mig-31K lors défilé du jour de la Victoire à Moscou le 9 mai 2018. © Ministry of Defence of the Russian Federation/Wikimedia Commons

Deux semaines à peine après avoir testé avec succès le Zircon, un missile de croisière volant à Mach 7, la Russie a révélé travailler sur un nouveau missile hypersonique destiné à son armée de l'air. C'est au détour d'une page de la dernière édition du journal russe Military Thought que Vladimir Zarudnitsky, le chef de l'Académie militaire de l'état-major russe, a dévoilé l'existence du Kh-95.

"Aujourd'hui, la domination de l'air et de l'espace est la condition la plus importante du succès des opérations de combat menées par les groupes de troupes terrestres et navales", écrit-il. "À cette fin, des engins nouveaux et modernisés tels que le bombardier stratégique Tu-160M, le système de missiles hypersoniques aériens Kinjal, les missiles aéroportés à longue portée, en particulier le missile hypersonique Kh-95, sont développés et mis en service pour les forces aériennes et spatiales".

À lire aussi — La Russie a testé son nouveau missile hypersonique, l'une de ses armes 'invincibles'

'Une arme sérieuse'

Selon une source anonyme du complexe militaro-industriel russe, citée par l'agence de presse RIA Novosti, le missile, en cours de développement pour les bombardiers Tu-22M3M et Tu-160M, a déjà été testé depuis un avion. "Si, après les essais, les missiles Kh-95 sont acceptés pour le service, alors notre force aérienne, notre aviation stratégique obtiendra une arme sérieuse et augmentera ce que l'on appelle l'effet de levier contre l'ennemi", a prédit le colonel à la retraite Victor Baranets sur l'antenne de Radio Sputnik.

Les caractéristiques du Kh-95 n'ont pour l'heure pas été dévoilées mais sa portée devrait sans doute atteindre plusieurs milliers de kilomètres, selon le consultant militaire.

Si ce nouveau missile venait à entrer en service, la Russie viendrait encore davantage accroître son avance sur ses rivaux en matière d'armes hypersoniques. Moscou peut d'ores et déjà compter sur le Kinjal, un missile air sol pouvant atteindre 2 000 kilomètres à Mach 10 (plus de 12 000 km/h). Le Zircon aborde lui la dernière phase de ses essais et sera embarqué sur des frégates et des sous-marins.

Mais c'est bien le planeur Avangard, déployé depuis la fin 2019, qui fait la fierté du président russe Vladimir Poutine, lequel l'a qualifié d"'arme absolue". Capable d'embarquer une charge nucléaire, il peut voler à plus de 33 000 km/h et changer de cap ou d'altitude très rapidement — une faculté qui le rend quasiment impossible à intercepter par les défenses anti-aériennes adverses.

Du côté de Washington, le tout premier missile hypersonique de l'US Air Force — le AGM-183 ARRW — devrait sauf surprise être déployé en 2022.

À lire aussi — Missiles hypersoniques : la Russie a pris une longueur d'avance sur les autres puissances

Découvrir plus d'articles sur :