Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La Russie teste une arme capable de déclencher des tsunamis radioactifs au large des côtes américaines

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Le président russe Vladimir Poutine. © Getty Images

La Russie prévoit de déployer l'été prochain dans l'Arctique un missile à propulsion nucléaire conçu pour exploser au large des côtes de pays ennemis, alors que le pays renforce sa présence dans la région, rapporte CNN. Les images satellites fournies cette semaine à CNN par Maxar, une société de satellites, indiquent que la Russie teste de nouvelles armes dans la région et y construit d'importantes infrastructures militaires, qui sont de plus en plus libres de glace en raison du changement climatique.

Selon CNN, la Russie déploiera l'été prochain dans sa région arctique le missile Poseidon 2M39, qualifié dans certains rapports de dispositif "apocalyptique" en raison de sa puissance dévastatrice. Le dispositif, dont les images ont fait surface pour la première fois sur la télévision d'État russe en 2015, est une torpille nucléaire sous-marine conçue pour frapper le fond de l'océan, déclenchant un tsunami radioactif, qui pourrait répandre des radiations mortelles sur des milliers de kilomètres de terre, les rendant inhabitables.

À lire aussi — Tank autonome, missile hypersonique, robot astronaute... 5 innovations portées par l'armée russe

La situation dans l'Arctique suivie de très près par le Pentagone

En février, le président russe Vladimir Poutine a demandé à son ministre de la Défense de faire le point sur une "étape clé" des essais, tandis que d'autres tests sont attendus dans le courant de l'année, selon Times of London. La Russie et les pays de l'OTAN présents dans la région arctique ont accru leurs activités dans cette région ces dernières années, la hausse des températures de la mer la rendant plus accessible, rapporte Christopher Woody d'Insider.

La Russie possède la plus longue côte arctique du monde et tire environ un quart de son PIB de la région. La route maritime du Nord est un couloir de navigation précieux pour Moscou. Lundi, le Pentagone a déclaré qu'il surveillait "de très près" les informations faisant état d'activités militaires et de renforcement des infrastructures russes dans l'Arctique.

"Sans entrer dans des évaluations spécifiques du renseignement, il est évident que nous suivons cela de très près", a déclaré le porte-parole du Pentagone, John F. Kirby, lors d'un briefing lundi. "Il est évident que nous surveillons la situation et, comme je l'ai déjà dit, nous avons des intérêts de sécurité nationale là-bas que nous savons (...) que nous devons protéger et défendre", a déclaré John F. Kirby.

"Et comme je l'ai dit, personne n'est intéressé à voir l'Arctique devenir militarisé".

Version originale : Thomas Colson/Insider

À lire aussi — Un nouveau drone-kamikaze russe 'silencieux' bientôt mis en service

Découvrir plus d'articles sur :