Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La SNCF vous permet de reporter et d'annuler sans frais jusqu'en janvier

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La SNCF vous permet de reporter et d'annuler sans frais jusqu'en janvier
Rame TGV 4402 assurant un TGV de Lausanne à Paris-Gare de Lyon. © Flickr

La SNCF poursuit son opération séduction auprès des Français. Le groupe ferroviaire a annoncé, ce mercredi 30 septembre, qu'il continuerait à échanger et rembourser sans frais tous les billets grandes lignes jusqu'au 4 janvier 2021, pour encourager les Français à prendre le train malgré les incertitudes liées au coronavirus. En vigueur depuis début mars, cette mesure devait s'arrêter le 1er novembre. Elle concerne les TGV inOui, Ouigo et Intercités --ainsi que les TER en correspondance."C'est un geste commercial renouvelé en cette période particulière et difficile d'incertitude sanitaire, qui permet à tous de réserver en toute sérénité ses futurs congés et déplacements, en particulier pour les fêtes familiales de fin d'année", a expliqué une porte-parole à l'AFP. Les billets sont annulables sans frais avant le départ pour inOui et Intercités, et une heure et demie avant pour le service low-cost Ouigo. La différence tarifaire demeure à la charge du voyageur en cas d'échange si le prix du nouveau billet est plus élevé.

Depuis quelques mois, la SNCF ne lésine pas sur les promotions pour attirer les voyageurs. Fin août, la compagnie ferroviaire annonçait des offres sur ses cartes "Avantage" — "Avantage Jeune" (12-27 ans), "Avantage Senior" (plus de 60 ans), "Avantage Week-end" et "Avantage Famille" — permettant de bénéficier de réduction sur les prix des billets. Celles-ci passant de 49 à 25€. La SNCF a tout intérêt à multiplier les offres auprès de ses clients. En effet, la crise sanitaire a lourdement pesé sur son chiffre d'affaires, amputé de 3,7 milliards d'euros, selon Les Echos. "Cette crise aura été d'une magnitude jamais connue, survenant alors que nous étions en capacité d'absorber l'impact de la grève et que les trafics repartaient en février. Pour autant l'entreprise a voulu garder son cap et rester à la manoeuvre", affirmait au quotidien financier, Laurent Trévisani, directeur général délégué Stratégie et finances.

À lire aussi —La SNCF va revoir ses prix pour que le TGV ne soit plus perçu comme 'cher'

Découvrir plus d'articles sur :