Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La sonde Parker Solar de la NASA a observé la traînée de poussière d’astéroïde des Géminides pour la première fois

La sonde Parker Solar de la NASA a observé la traînée de poussière d’astéroïde des Géminides pour la première fois
© NASA

La pluie d'étoiles filantes des Geminidés sera visible ce vendredi soir. Pour la toute première fois, la sonde "Parker Solar Probe", l'observatoire solaire spatial de la NASA, a pu observer la poussière d'astéroïde d'où proviennent ces étoiles filantes. Depuis son lancement en août 2018, la sonde solaire Parker a fait trois fois le tour du soleil, s'approchant plus près que n'importe quel autre engin spatial avant elle, et voyageant plus vite que tout autre appareil de fabrication humaine. Ce mois-ci, les scientifiques ont publié la première série de données récoltées par la sonde. Elles révèlent une activité jamais vue auparavant dans le plasma du vent solaire et l'énergie aux limites de l'atmosphère solaire.

L'engin spatial a également croisé sur son chemin la poussière d'astéroïdes des Géminidés. "Ce qui est vraiment remarquable à propos de la mission Parker Solar Probe, c'est qu'elle nous donne aussi des réponses à des questions que nous ne posions même pas", a déclaré Karl Battams, astrophysicien travaillant avec les outils d'imagerie de l'observatoire spatial, dans une conférence de presse, mercredi dernier. "Nous avons remarqué quelque chose dans les données que nous n'avions jamais vu auparavant, avec aucun de nos instruments. En fait, personne n'a jamais rien vu de tel."

Sur l'image ci-dessous, la sonde a capturé une partie de la mystérieuse poussière des Geminidés :

Brendan Gallagher/Karl Battams/NRL

La traînée de poussière est large d'environ 100 000 kilomètres. La partie capturée par la photo mesure environ 20 millions de kilomètres de long. "Nous sommes très confiants quant au fait qu'il s'agisse, en effet, de la pluie de météores des Géminidés", a ajouté Karl Battams.

La mystérieuse traînée de poussière provient d'un astéroïde en orbite autour du soleil.

L'astéroïde "Phaéthon" a laissé derrière lui cette énorme traînée de poussière, il y a longtemps : "Il y a quelques milliers d'années, il est passé près du soleil, et quelque chose lui est arrivé. Nous ne savons pas quoi, mais quelque chose lui est arrivé, et cela a libéré une énorme traînée de débris, que nous connaissons maintenant comme la pluie de météores des Géminidés", explique Karl Battams.

... dar de l'astéroïde "Phaéthon 3200", prises à moins de 10,3 millions de kilomètres de la Terre, par des astronomes de l'Observatoire d'Arecibo, de la "National Science Foundation" américaine, le 17 décembre 2017. Observatoire d'Arecibo/NASA/NSF

L'orbite actuelle de "Phaéton 3200" conduit la chaleur du soleil à fracturer la surface de l'astéroïde chaque fois qu'il s'en approche. Il libère ainsi chaque fois plus de poussière. Mais ces libérations régulières sont "loin d'être suffisantes" pour expliquer l'étendue de traînée de poussière repérée par la sonde Parker, explique Karl Battams. Son équipe a découvert que cette poussière contient environ un milliard de kilogrammes (un million de tonnes) de matériaux. Cette masse indique aux scientifiques que l'image capturée serait, en effet, celle des Géminidés.

"Les scientifiques cherchent cette traînée de poussière depuis longtemps. Nous savons qu'elle existe car notre planète la traverse chaque année, mais nous ne connaissons pas vraiment la structure de la traînée", a déclaré Karl Battams. Il y a quelques années, le télescope spatial Hubble s'est lancé à la recherche de la traînée de poussière d'astéroïde des Géminidés, sans succès.

Lors de ses 21 prochaines approches du soleil, la sonde Parker pourra de nouveau observer les Géminidés.

Illustration de la sonde "Parker Solar Probe" survolant le soleil. NASA's Goddard Space Flight Center

Au cours des six prochaines années, la sonde solaire Parker est programmée pour s'approcher encore 21 fois du soleil, à chaque fois de plus en plus près. Lors son dernier passage, elle devrait s'approcher à moins de 6,4 millions de kilomètres de la surface du soleil.

A chaque passage, en plus de sa mission d'observation du soleil, la sonde recueillera d'autres données sur les Geminidés . "Chaque fois que nous passerons par là, nous verrons la même traînée de poussière. Nous allons réaliser ces mêmes observations. Et à chaque fois, nous en apprendrons un peu plus sur cette poussière d'astéroïde, et nous commencerons ainsi à répondre aux questions que nous nous posons sur cette pluie de météorites que nous traversons chaque année."

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/ Business Insider.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :