Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La Station spatiale internationale sera 'probablement remplacée par de multiples petites stations en orbite basse'

La Station spatiale internationale sera 'probablement remplacée par de multiples petites stations en orbite basse'
© La Station Spatiale internationale (ISS) NASA

La Station spatiale internationale (ISS) telle qu'on la connaît actuellement n'existera plus dans un avenir proche, dans plus ou moins cinquante ans. Alors que le programme est piloté par la NASA et a été développé avec l'agence spatiale russe Roscosmos, avec la participation des agences spatiales européenne, japonaise et canadienne, l'administration Trump a annoncé à l'été 2018 qu'elle ne financerait plus l'ISS à partir de 2025 et qu'elle comptait confier sa gestion à une entité privée. David Parker, directeur de l'exploration humaine et robotique à l'Agence spatiale européenne (ESA), a indiqué à Business Insider France que "l'ISS actuelle sera probablement remplacée par de multiples petites stations en orbite basse avec des objectifs spécifiques : pour faire de la science, développer de nouvelles technologies etc."

Le mois dernier, l'agence spatiale américaine a annoncé avoir choisi la société Axion Space basée à Houston pour construire son tout premier module habitable commercial, qui sera attaché au laboratoire orbital. "Le travail d'Axiom pour développer une destination commerciale dans l'espace représente une étape cruciale pour la NASA afin de répondre à ses besoins à long terme en matière de formation des astronautes, de recherche scientifique et de démonstrations technologiques en orbite terrestre basse", avait déclaré l'administrateur de la NASA Jim Bridenstine dans un communiqué. Et d'ajouter : "nous transformons la façon dont la NASA travaille avec l'industrie pour en faire bénéficier l'économie mondiale et faire progresser l'exploration spatiale".

A lire aussi — Google Street View vous emmène à l’intérieur de la Station spatiale internationale — regardez à quoi ça ressemble

D'autre part, en juin 2019, la NASA avait d'ores et déjà annoncé qu'elle allait permettre aux entreprises privées d'utiliser des parties de l'ISS pour des activités à but commercial. Concrètement, cela signifie que des sociétés privées pourront utiliser l'ISS pour tourner des films ou des publicités, envoyer leurs propres astronautes ou touristes spatiaux ou encore tester leurs produits, peut-on lire dans la nouvelle directive de la NASA. De plus, ces entreprises pourront également utiliser les ressources disponibles sur l'ISS à des buts commerciaux, comme même faire appel à l'expertise des astronautes en mission à bord de l'ISS.

Ces changements entraîneront-ils une "démocratisation" du métier d'astronaute ? Interrogé sur la possibilité que le métier d'astronaute pourrait devenir aussi courant que celui de pilote d'avion, David Parker a estimé qu'il y aurait "sans doute plus d'astronautes qui iront en orbite basse, mais que ça sera différent par rapport au métier de pilote." En effet, "si vous examinez déjà le profil de nos astronautes, certains sont pilotes, d'autres des médecins ou des géologues... L'ensemble des compétences des astronautes est bien plus varié maintenant", a-t-il précisé. Et cela devrait encore plus s'accentuer dans les décennies à venir.

Enfin, l'ancien directeur de l'agence spatiale britannique entre 2012 et 2016 a avancé qu'il est certain "qu'il y aura des hôtels spatiaux un jour mais que ces activités seront gérées par des agences commerciales et non par les agences spatiales".

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :