Les banques d'investissement pourraient économiser entre 8 et 12 milliards de dollars par an d'ici 2025 si elles adoptaient la technologie blockchain, selon un rapport d'Accenture et McLagan publié mardi 17 janvier 2017

Blockchain est une technologie permettant de stocker et de transmettre des valeurs au sein d'un réseau informatique. Sa particularité, c'est qu'il est tenu par un réseau de serveurs et opère sans la supervision d'un organe central de contrôle.

Aujourd'hui, chaque banque d'investissement gère de façon indépendante ses propres registres en ligne, de transactions, de données clients etc. 

Selon le rapport du cabinet de conseil, avec la technologie blockchain, les banques passeraient de cette organisation fragmentée à une base de données partagée, sans intermédiaire, où chaque utilisateur de la base pourra vérifier la validité de la chaîne. 

Pour les banques d'investissement, les cabinets de conseil Accenture et McLagan ont trouvé quatre domaines d'activité dans lesquels des économies, allant de 30% jusqu'à 70%, pourraient être générées grâce à l'adoption de la technologie blockchain:

  • Les coûts des rapports financiers pourraient être réduits de 70%. Le registre en ligne partagé qu'implique l'adoption de cette technologie permettrait entre autres d'avoir accès à une qualité optimisée des données et à plus de transparence.
  • Les coûts de mise en conformité pourraient être diminués de 30 à 50%. 
  • 50% d'économies pourraient être réalisées sur les opérations centralisées telles que l'obligation de "connaître son client", notamment grâce à la mise en place d'une source unique de données clients sécurisée.
  • Les coûts des opérations courantes dans le domaine bancaire comme la compensation ou la réconciliation des comptes pourraient être réduits de 50%. Pour chaque transaction, une banque donnée effectue une réconciliation des comptes, une opération qui fait état de la concordance entre le solde du compte bancaire présenté dans la comptabilité à un instant donné avec le relevé délivré par la banque. Cette procédure prend du temps et beaucoup d'argent et concerne chaque aspect du secteur des marchés de capitaux.

Néanmoins, David Treat, un responsable d'Accenture spécialisé dans la blockchain, confie à Reuters que cette technologie peut poser de nombreux problèmes en matière de confiance et de sécurité: 

"Après la crise du crédit de 2008, les régulateurs hésiteront sans doute à réduire sensiblement le rôle d'infrastructures de compensation et de règlement nouvellement créées et renforcées (...) sans être tout à fait certains que les réseaux blockchain représentent une alternative sûre et solide".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Ces 10 technologies émergentes auront le plus d'impact sur notre avenir selon l'OCDE

VIDEO: Ashton Kutcher explique pourquoi il n'a pas tout de suite investi dans Uber et pourquoi il est si facile de sous-estimer une nouvelle idée