Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La vaccination sera ouverte à tous 's’il reste des doses' la veille pour le lendemain, annonce Emmanuel Macron

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La vaccination sera ouverte à tous 's’il reste des doses' la veille pour le lendemain, annonce Emmanuel Macron
Les Français majeurs pourront prendre rendez-vous sur Doctolib pour se faire vacciner s'il reste des doses disponibles la veille pour le lendemain. © National Cancer Institute/Unsplash

Oubliez le gaspillage : tous les Français "sans limite d’âge" pourront prendre rendez-vous sur Doctolib pour se faire vacciner "s’il reste des doses" disponibles la veille pour le lendemain, et cela dès le mercredi 12 mai, a annoncé le chef de l'État, à l'occasion de l'inauguration du premier vaccinodrome parisien, Porte de Versailles, ce jeudi 6 mai.

Cela afin qu'on ne "gâche quelque dose que ce soit", a expliqué le président de la République. Cette annonce ne devrait toutefois concerner que les vaccins à ARNm (Pfizer, et Moderna). Ceux d’AstraZeneca et Janssen sont réservés aux plus de 55 ans, selon les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS).

À lire aussi — L'efficacité du vaccin Pfizer chez les enfants de 2 à 11 ans sera déterminée d'ici septembre

Emmanuel Macron a part ailleurs décidé d'avancer la date d'ouverture de la vaccination à toutes les personnes de plus de 50 ans, initialement prévue le 15 mai, au lundi 10 mai. "Les rendez-vous pourront être pris à partir de demain", précise le chef de l'État.

À l'instar du président américain Joe Biden, Emmanuel Macron s'est déclaré "tout à fait favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée" sur les vaccins. "Nous devons évidemment faire de ce vaccin un bien public mondial", a-t-il lâché, précisant toutefois que "le don de doses" et le fait "de produire en partenariat avec les pays les plus pauvres" étaient prioritaires à l'heure actuelle.

L'Allemagne a également réagi à la volonté américaine de lever les brevets sur les vaccins : "C'est une discussion à laquelle nous sommes ouverts", a déclaré Heiko Maas, chef de la diplomatie allemande, rapporte l'AFP. "C'est une question que nous devons nous poser car il s'agit de mettre fin à cette pandémie".

À lire aussi — Ils ont contracté le Covid-19 après avoir été vaccinés, voici ce qu'ils ont ressenti

Découvrir plus d'articles sur :