Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La vente et la livraison de nourriture et boisson interdites après 22h à Paris

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La vente et la livraison de nourriture et boisson interdites après 22h à Paris
La vente et la consommation d'alcool sur la voie publique seront interdites à Paris, à partir de vendredi, entre 22h et 6h. © Julien Tondu/Unsplash

A chaque jour ses nouvelles règles — ou dérogations. Mercredi soir, les syndicats de chauffeurs routiers se félicitaient d'avoir obtenu du gouvernement la réouverture de 250 relais routiers comprenant notamment des espaces de restauration. Ce jeudi 5 novembre, la préfecture de police annonce que la livraison et la vente à emporter pour les restaurants et bars, ainsi que la vente et la consommation d'alcool sur la voie publique, seront interdites à Paris, à partir de vendredi, entre 22h et 6h. "Les services de police ont constaté, particulièrement en soirée et pendant la nuit, des déplacements et des regroupements de personnes (livreurs, clients…) dans et aux abords de ces établissements", se justifie la préfecture de police dans un communiqué.

"De plus, la vente à emporter de boissons alcooliques, notamment par des épiceries de nuit, est susceptible de favoriser des regroupements nocturnes, sans respect des gestes barrières, sur la voie publique voire dans la sphère privée", ajoute le communiqué. Après consultation de la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo, qui a annoncé dans la matinée sur BFMTV la fermeture de "certains débits de boissons", la préfecture de police a pris cet arrêté qui, "en pratique, impose donc la fermeture totale de ces établissements entre 22h et 6h". Il "concilie les impératifs sanitaires et la nécessité de préserver l’activité d’un secteur fragilisé par la crise économique" selon le communiqué, qui circonscrit l'arrêté à la seule ville de Paris alors qu'Anne Hidalgo avait aussi évoqué "la petite couronne".

A lire aussi — Comment des supermarchés contournent l’interdiction de vendre des produits ‘non-essentiels’ en prenant des commandes sur place

La fermeture des épiceries de nuit n'est pas mentionnée dans l'arrêté qui intervient deux jours après un couac sur un possible couvre-feu nocturne à Paris, annoncé par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avant d'être démenti par Matignon. La France fait face à la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, qui a tué près de 400 personnes (394) à l'hôpital mercredi, faisant grimper le nombre de morts depuis le début à 38 674. Après une accalmie durant l'été, l’Europe est redevenue l’épicentre de la pandémie ces dernières semaines, après l’avoir déjà été en mars-avril. Avec 11,6 millions de cas détectés au total, dont plus de 293.000 décès, les 52 pays de la région dépassent en nombre de contaminations la région de l’Amérique latine et des Caraïbes (11,4 millions de cas, près de 407.000 morts).

A lire aussi — Action, Gifi, La Foir'Fouille... Pourquoi ces magasins restent-ils ouverts ?

Découvrir plus d'articles sur :