La vie détectée sur Mars pourrait être issue des laboratoires de la NASA, selon un scientifique

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


On aperçoit au loin Ingenuity, l'hélicoptère de la NASA, effectuant son 4ème vol sur Mars. © NASA/JPL-Caltech

Alors que les explorations sur la planète rouge se poursuivent, un scientifique de l'université de Cornell s'est demandé si la vie découverte sur Mars n'aurait pas en fait "pris naissance sur Terre dans les laboratoires de la NASA", rapporte The Hill. Christopher Mason, professeur à l'institut de médecine Weill Cornell de l'université Cornell, a déclaré qu'un tel scénario aurait pu se produire malgré des processus de nettoyage rigoureux et l'assemblage d'engins spatiaux dans des salles spécialisées.

Christopher Mason a écrit un article documenté sur le sujet pour la BBC. Les engins spatiaux, comme Perseverance, le rover martien de la NASA, sont construits dans des salles soigneusement stérilisées — avec des filtres à air et des procédures biologiques strictes — couche par couche, tous les équipements étant nettoyés avant d'être ajoutés à la machine, a-t-il expliqué. Ces méthodes limitent la présence de bactéries, de virus ou de champignons sur les machines à envoyer en mission.

À lire aussi — Le mystère de la disparition de l'eau sur Mars enfin résolu ?

"Mais, il est presque impossible d'arriver à zéro biomasse sur un vaisseau spatial", écrit Christopher Mason. "Les microbes sont présents sur Terre depuis des milliards d'années, et ils sont partout. Ils sont en nous, sur nos corps, et tout autour de nous. Certains peuvent se faufiler même dans la plus propre des salles blanches."

Des microbes potentiellement transmis de la Terre à Mars

Dans deux études récentes menées par le professeur, il met en évidence la façon dont certains organismes pourraient survivre au processus de nettoyage et aussi au voyage vers Mars, ainsi que la vitesse à laquelle les espèces microbiennes peuvent se développer dans l'espace. "Il s'avère que les salles blanches pourraient servir de processus de sélection évolutif pour les microbes les plus résistants, qui auraient alors plus de chances de survivre à un voyage vers Mars", écrit-il.

Les salles blanches du Jet Propulsion Laboratory de la NASA présentent le plus grand risque, car on y a découvert des microbes plus résistants aux radiations et aux environnements froids.

Christopher Mason a ajouté que si ces microbes apparaissaient sur Mars, ils provoqueraient ce que les chercheurs appellent une "contamination en avant", c'est-à-dire lorsque l'humanité transmet quelque chose d'une planète à une autre, intentionnellement ou non. Il a averti que ces microbes peuvent "faire des ravages" lorsqu'ils arrivent dans un nouvel écosystème et qu'ils peuvent également constituer une menace pour la santé des astronautes.

Le rover Perseverance s'est posé sur Mars en février et a commencé à chercher des signes qui pourraient indiquer une vie ancienne sur la planète rouge.

La NASA a déclaré qu'elle avait pris des précautions supplémentaires pour s'assurer que tous les échantillons ramenés de Mars seraient conservés en toute sécurité. Les scientifiques sont toutefois conscients que des tests devront peut-être être effectués pour s'assurer que les découvertes sont bien d'origine martienne.

Version originale : Zahra Tayeb/Insider

À lire aussi — Les microbes terriens ne devraient pas pouvoir contaminer les eaux saumâtres à la surface de Mars

Découvrir plus d'articles sur :