Publicité

La ville de New York instaure l'obligation d'être vacciné pour les activités en intérieur

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La ville de New York instaure l'obligation d'être vacciné pour les activités en intérieur
La métropole pourrait être une source d'inspiration pour le reste du pays. © Pixabay
Publicité

La ville de New York vient de prendre une décision qui va changer la donne pour son économie, et peut-être même pour celle du pays. Le maire Bill de Blasio a annoncé mardi 3 août que les travailleurs et les habitants de la ville devront fournir une preuve de vaccination contre le Covid-19 pour les activités en intérieur dans les restaurants, les gymnases et les salles de spectacle. Le mandat, connu sous le nom de "Key to NYC Pass", débutera le 16 août et sera appliqué à partir du 13 septembre, lorsque les élèves retourneront à l'école et que les travailleurs retourneront au bureau, a déclaré Bill de Blasio.

Ce mandat intervient à un moment où le variant Delta, hautement contagieux, fait son apparition aux États-Unis. Au 20 juillet, ce variant représentait 83 % de tous les nouveaux cas de Covid-19 séquencés aux États-Unis. Cette recrudescence a conduit les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) à rétablir leurs conseils sur le port du masque à l'intérieur dans les zones à haut risque — y compris à New York — et a ravivé les craintes d'un confinement.

À lire aussi — Les États-Unis atteignent l'objectif de vaccination fixé par Joe Biden avec un mois de retard

'Les masques ne s'attaquent pas au cœur du problème'

Le maire n'a pas insisté pour que le port du masque soit obligatoire dans la ville, et il a maintenant fait un pas de plus pour préserver une économie sans masque et non verrouillée — même si cela signifie sacrifier quelques dollars bien nécessaires provenant de touristes non vaccinés. "Les masques ont une valeur, incontestablement", a déclaré Bill de Blasio. "Mais ils ne s'attaquent pas à la racine du problème. La vaccination, si."

Le "Key to NYC Pass" est la dernière tentative de Bill de Blasio pour augmenter le taux de vaccination dans la ville, en espérant qu'il convaincra les New-Yorkais qu'ils ne peuvent pas profiter de toutes les offres et activités de la ville sans être vaccinés.

"Cela encouragera beaucoup plus la vaccination — nous l'avons déjà vu", a déclaré Bill de Blasio en dévoilant le règlement. "Si vous voulez participer pleinement à notre société, vous devez vous faire vacciner." Cela signifie que les touristes en provenance d'États comme la Floride ou le Texas, où les taux de vaccination sont plus faibles et qui comptent parmi ceux qui enregistrent le plus de nouvelles infections, devront se faire vacciner ou renoncer à leur voyage à Broadway.

Vivre dans une économie à deux vitesses

New York sera la première ville américaine à instaurer une obligation de vaccination à l'intérieur. En agissant ainsi, Bill de Blasio mise sur l'idée qu'une population en meilleure santé se traduira par une économie plus forte. Ancien épicentre du coronavirus au printemps 2020, la ville de New York a depuis fait un retour en force. Mais elle n'a pas encore complètement récupéré.

Les quartiers d'affaires centraux comme Midtown ne sont toujours pas aussi animés qu'avant, de nombreuses personnes aisées ont définitivement déménagé et le tourisme pourrait ne pas reprendre complètement avant 2025. Un règlement sur les masques intérieurs pourrait dissuader les visiteurs étrangers non vaccinés, à un moment où l'économie de la ville a grandement besoin des revenus du tourisme. En 2019, la ville de New York a accueilli 66 millions de visiteurs, selon le New York Times, mais seulement 22 millions en 2020.

Mais si le règlement réussit à pousser davantage de personnes à se faire vacciner, la ville pourrait revenir plus rapidement à quelque chose de semblable à la normale pré-pandémique. Jeff Kolko, économiste en chef d'Indeed, a récemment tweeté que les zones métropolitaines fortement vaccinées ont connu une légère accélération des offres d'emploi au cours des quatre dernières semaines, par rapport aux zones moins vaccinées.

À lire aussi — Covid-19 : voici à quelle condition le vaccin de Pfizer est très efficace contre le variant Delta

Une source d'inspiration

En cas de succès, la métropole de New York pourrait également ouvrir la voie à d'autres grandes villes américaines qui suivraient le mouvement, en imposant leurs propres vaccins. Les États-Unis pourraient alors prendre la forme d'une économie à deux vitesses, marquée par des régions fortement vaccinées, avec des règlements, et des régions faiblement vaccinées. Ce clivage a déjà commencé à se former entre les États plus vaccinés que les autres, mais les mandats de vaccination dans certains endroits pourraient encore accentuer la différence.

Certes, les 50 États ont signalé une augmentation des taux de vaccination à mesure que le variant Delta se développe. Il s'agit d'une bonne nouvelle, car cela indique une évolution vers un pays vacciné de manière plus cohérente, ce qui rapproche la lumière au bout du tunnel.

Mais, compte tenu de l'écart géographique déjà important entre les taux de vaccination, il est probable que l'unification se fasse plus tard. D'ici là, tant que Joe Biden ne rend pas obligatoire la vaccination contre le coronavirus au niveau fédéral, le pays se divise de plus en plus en un patchwork de régions vaccinées et non vaccinées.

Version originale : Hillary Hoffower / Insider

À lire aussi — Covid-19 : voici la liste des 13 pays où la vaccination est obligatoire

Découvrir plus d'articles sur :