BepiColombo. ESA - P. Carril

L'Europe — en collaboration avec le Japon — lance sa première mission vers Mercure, la planète la plus méconnue du système solaire, ce samedi 20 octobre 2018, à 3h45, heure de Paris, rapporte l'Agence spatiale européenne (ESA)

Une fusée Ariane 5 décollera depuis la base de lancement à Kourou en Guyane, transportant à son bord deux sondes, l'une Européenne, qui aura pour but de cartographier la surface de Mercure et de mesurer les particules de gaz dans l'exosphère, l'autre Japonaise, qui mesurera la densité et la température des électrons.

La mission, qui a coûté 1,4 milliard d'euros à l'ESA et a été baptisée "BepiColombo" en hommage à l'ingénieur italien Giuseppe Colombo, est la première mission européenne vers Mercure, la planète du système solaire la plus méconnue.

Pourtant, Mercure est un objet scientifique important pour comprendre la genèse du système solaire, étant donné qu'elle est la plus proche de notre étoile — située à "seulement" 57,91 millions de km contre 149,6 millions de km pour la Terre. 

Mais le problème, c'est que la petite planète rocheuse est difficile d'accès, en raison de ses températures extrêmes, d'une part — le mercure peut monter jusqu'à 430°— assez pour faire faire du plomb — et la nuit, il peut descendre à presque -180°C; et son orbite très elliptique autour du soleil et sa proximité avec notre étoile, d'autre part, qui font que les sondes seront soumises à d'importantes forces de gravité. Sans oublier qu'il est également difficile de trouver une orbite stable autour de la petite planète rocheuse.

Sur son site, l'ESA précise qu'il a fallu mettre au point de nouvelles technologies pour entreprendre ce voyage périlleux, comme des revêtements qui résistent aux très hautes températures, une isolation multi-couche pour éviter la surchauffe des sondes. 

Jusqu'à présent, seules deux sondes de la NASA ont étudié la planète Mercure: Mariner 10 qui l'a survolée à trois reprises en 1974-1975 et Messenger, par trois fois également en 2008-2009. 

Les deux sondes, qui avanceront à une vitesse de 8 km par seconde, devraient se mettre en orbite autour de Mercure le 5 décembre 2025. Pourquoi une date si éloignée? Car, pour profiter de la force de gravité de plusieurs planètes sur leur passage et ainsi gagner un surplus de vitesse nécessaire pour atteindre sa destination finale, elles survoleront une fois la Terre, deux fois Venus et six fois Mercure et parcourront au total neuf milliards de km. 

La mission BepiColombo devrait durer un an, mais les scientifiques espèrent une rallonge d'un an supplémentaire, qui devra probablement être accompagnée d'un budget supplémentaire de l'ESA par rapport aux 1,4 milliard d'euros déjà mis sur la table. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a 3 compétences qui permettent à un entrepreneur de faire décoller sa startup d'après une étude menée sur 700 jeunes entreprises

VIDEO: Il existe des sources thermales incroyables en Toscane — elles sont un lieu très apprécié pour s'y baigner l'été