L'ancien PDG de Radio France Mathieu Gallet fait le pari que vous êtes prêts à payer pour écouter des podcasts

L'ancien PDG de Radio France Mathieu Gallet fait le pari que vous êtes prêts à payer pour écouter des podcasts

Mathieu Gallet, ancien PDG de Radio, et cofondateur de Majelan. Majelan

La startup française Majelan lance aujourd'hui sur iOS, et très vite sur Android, son app consacrée à l'écoute de contenus narratifs — podcasts, livres audio... — en faisant le pari que les gens seront prêts à payer pour des récits audio, alors même que la radio en France a donné l'habitude de l'écoute gratuite. "Le podcast connaît un succès grandissant sur l'usage mais le problème réside dans la possibilité d'en vivre", a reconnu Mathieu Gallet lors d'une conférence de presse ce 4 juin 2019. L'ancien PDG de Radio France a créé Majelan avec Arthur Perticoz, cofondateur de la startup Wynd, dont Natixis a pris les commandes en début d'année 2019.

Agrégateur de contenus  en reprenant des flux RSS, Majelan a été parfois présentée comme le Netflix du podcast par certains, puisqu'il fait de la recommandation de contenus. Mais Mathieu Gallet réfute cette comparaison. "Oui pour l’expérience mais comme Spotify et Molotov nous ont inspirés. Mais à la différence de Netflix, Majelan est gratuit à 99%." Pour autant, c'est bien sur le payant que la plateforme a basé son modèle économique, soit en payant à l'unité (1,99 euro), soit par un abonnement de 4,99 euros par mois à l'offre Majelan +  — à travers un onglet dédié sur l'app — où seront regroupées les productions de Majelan et de partenaires. La startup a décidé de ne pas commercialiser de publicité (sauf un contenu sponsorisé avec Orange) mais n'empêche pas les créateurs choisis de le faire.

Baser ses recettes sur du contenu payant en proposant parallèlement une majorité de contenus gratuits, c'est un pari osé dans un marché français qui commence tout juste à se structurer autour de plusieurs sociétés de production (Binge Audio, Louie Media, Nouvelles Ecoutes...) — qui ont plus ou moins de succès — et de régies publicitaires dédiées. La startup BoxSons a dû ainsi fermer. "Les signaux sont là, il faut que ça s'amplifie. Un écosystème est en train de voir le jour. Il y a trois ans, il n'y avait rien. On part de zéro pour faire payer les gens. Est-ce qu'il faut y aller frontalement ? Je n'ai pas la réponse. De notre côté, on a fait le choix de faire payer par des manières un peu détournées", nous explique Gabrielle Boeri-Charles, cofondatrice de Binge Audio. L'entreprise va ainsi éditer un premier livre tiré du podcast "Les Couilles sur la table" et a rempli deux soirs de suite le Palais des Glaces avec le spectacle "Binge en scène".

280.000 contenus audio déjà disponibles

Si la vision du produit par les deux cofondateurs est claire ("On est là pour adresser à tous les publics", "on veut aider à trouver des contenus pertinents grâce à notre propre algorithme et moteur de recherche"), celle sur les ambitions économiques demeure plus floue, au-delà du secret des affaires. "On va apprendre. On est sur un marché nouveau. Rendez-vous dans six mois à un an. On n'a pas vendu à nos investisseurs un milliard d'utilisateurs", justifie Mathieu Gallet. En comparaison, l'acte de payer pour lire des articles en ligne a mis du temps à s'installer et tous les médias ne transforment pas l'essai. 

Pour réussir, Majelan propose déjà 280.000 programmes audio — il n'y a ni musique ni direct — de groupes audiovisuels (RTL, Le Parisien/Les Echos, Radio France, Prisma Media (éditeur en France de Business Insider France, ndlr)..., de studios indépendants mais aussi des contenus payants. Ces derniers sont produits par le studio de Majelan mais ils proviennent aussi de partenaires comme l'INA, Universal Music, Society.

Majelan a beaucoup travaillé sur le design de l'appli, l'expérience utilisateur et l'éditorialisation des contenus, répartis en 63 catégories, et la création de 50 playlists pour aider l'utilisateur à s'y retrouver. Une place est notamment faite à la jeunesse, oubliée des radios généralistes. Sur Majelan, vous pouvez rechercher, télécharger et écouter les contenus hors connexion comme sur Apple Podcasts. Vous pouvez également envoyer des emoji pour réagir. Le producteur du contenu saura ainsi si vous avez aimez ou pas. 

Plusieurs personnalités des médias prêtent déjà leurs voix à des contenus payants de Majelan telles que Claire Chazal, Patrick Poivre d'Arvor,  Laurence Ferrari ou Franck Ferrand. Majelan réunit 25 personnes dont une quinzaine sur la partie tech. Après l'appli, les contenus seront aussi disponible à la rentrée sur le site web de Majelan — les enceintes connectées attendront. L'app fonctionne en plusieurs langues et a vocation à accueillir du contenu produit dans une langue étrangère. A ce sujet, l'international étant au coeur de la stratégie de l'entreprise, un nouveau tour de table sera nécessaire. "YouTube et Deezer ont réussi en partant de 0. Nous sommes dans une situation beaucoup plus simple avec notre notoriété qui nous a permis de lever des fonds", lance sans complexe Arthur Perticoz.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Amazon devrait bientôt vous proposer des abonnements à des chaînes payantes à l'unité

VIDEO: Regardez cet Airbus A330 être assemblé morceau par morceau

  1. Blablabla

    Payer un abonnement pour avoir tout de même de la pub sur certains contenus?? Aberrant. Cette application est aussi insipide que son créateur.

  2. phil

    Qui lui a demandé de parier ?

Laisser un commentaire