Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'application StopCovid ne devrait pas être prête le 11 mai

L'application StopCovid ne devrait pas être prête le 11 mai
Les Français ne devraient pas pouvoir disposer d'une application de traçage StopCovid dès le 11 mai prochain. © Frédéric Soltan/Corbis via Getty Images

L'application de traçage StopCovid, considérée par le Premier ministre comme "complémentaire" pour endiguer la propagation du coronavirus, ne devrait pas être prête le 11 mai prochain, date choisie par le gouvernement pour commencer le déconfinement. "Pour l’heure, compte tenu des incertitudes sur cette application, je suis bien en peine de vous dire comment elle fonctionnera. Je ne doute pas que les ingénieurs travailleront d'arrache-pied et réussiront à faire fonctionner ce projet", a déclaré Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, mardi 28 avril. Avant d’ajouter qu'un débat à ce sujet "est un peu prématuré". "Lorsque l’application fonctionnera, et avant sa mise en oeuvre, nous organiserons un débat et un vote spécifique", précise le Premier ministre.

Ce projet suscite de nombreuses questions sur son efficacité et les libertés individuelles et publiques, comme l'a d'ailleurs reconnu Edouard Philippe devant les députés. Il est notamment prévu que les données soient stockées sur un serveur central, suscitant les craintes que des gouvernements récupèrent ces données personnelles et s'en servent à des fins de surveillance. Un consortium public-privé — composé de l'Inria, de l'ANSSI, Capgemini, Dassault Systèmes, Inserm, Lunabee Studio, Orange, Santé Publique France et Withings — travaille actuellement sur son développement. StopCovid serait une application de traçage de porteurs du coronavirus. Pour ce faire, elle utiliserait la technologie Bluetooth pour détecter deux personnes qui se croisent et restent proches l'une de l'autre pendant une certaine durée.

Dans ce cas, le téléphone portable de l'un enregistre les références de l'autre dans son historique. Si un cas positif se déclare, ceux qui auront été en contact avec cette personne sont prévenus de manière automatique, sans connaître l'identité de la personne contaminée, leur permettant ainsi de se faire tester ou de contacter leur médecin.

De leur côté, Apple et Google ont réussi à rallier l'Allemagne à une initiative similaire mais en conservant les données localement, dans le smartphone des usagers. Les deux groupes américains ont affirmé que les utilisateurs de la technologie qu'ils développent ensemble, et qui fonctionnerait sur leurs systèmes d'exploitation iOS et Android, pourront contrôler leurs données. En outre, le système sera probablement désactivé une fois la pandémie passée.

A lire aussi — Airbnb demande aux propriétaires d'attendre entre 24 h et 72h entre deux réservations

Découvrir plus d'articles sur :