Publicité

L'arme hypersonique chinoise aurait tiré un projectile inconnu en plein vol cet été

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'arme hypersonique chinoise aurait tiré un projectile inconnu en plein vol cet été
Pékin a testé une arme hypersonique qui a fait le tour de la planète © Yan Zehua/VCG via Getty Images
Publicité

L'arme hypersonique testée par la Chine cet été, qui a alarmé les chefs militaires américains, a tiré un projectile inconnu en plein vol alors qu'elle se trouvait dans l'atmosphère, quelque part au-dessus de la mer de Chine méridionale, a révélé le Financial Times. Une information que le quotidien britannique a obtenu de personnes travaillant pour les services secrets. Des détails sur l'essai de juillet ont filtré depuis que le journal en a fait état le mois dernier, révélant que l'arme hypersonique testée a tourné autour de la planète avant de se diriger vers sa cible.

Le Financial Times a décrit l'arme comme une sorte de système de bombardement orbital fractionné, à l'instar de ce que les Soviétiques ont développé pendant la Guerre froide, mais avec un véhicule de glissement hypersonique plutôt qu'une ogive traditionnelle. L'information selon laquelle l'arme hypersonique chinoise a libéré un projectile en vol, peut-être un missile ou une forme de contre-mesure, a été confirmée par des responsables américains qui se sont entretenus avec le Wall Street Journal.

À lire aussi — La Russie et la Chine devancent les États-Unis dans le domaine des armes hypersoniques

La Chine a nié avoir testé une arme, affirmant avoir testé une technologie de vol spatial réutilisable, mais les chefs militaires américains ont décrit le test différemment. "Ce que nous avons vu est un événement très significatif d'un test d'un système d'arme hypersonique. Et c'est très inquiétant", a déclaré le président des chefs d'état-major interarmées, le général Mark Milley, lors d'une interview sur Bloomberg TV. "Je ne sais pas si c'est tout à fait un moment Spoutnik, mais je pense que c'en est très proche. Il a toute notre attention."

Le général John Hyten, le vice-président des chefs d'état-major interarmées jusqu'à ce qu'il se retire du service militaire à la fin de la semaine dernière, a également décrit le test dans une interview avec la chaîne CBS News. "Ils ont lancé un missile à longue portée", a-t-il affirmé avant d’ajouter : "Il a fait le tour du monde, a largué un véhicule hypersonique qui a glissé jusqu'en Chine et a touché une cible en Chine."

Pas d'urgence chez l'armée américaine

John Hyten a déclaré que "d'un point de vue technologique, c'est assez impressionnant", mais a ajouté que cela n'était peut-être pas un moment Spoutnik. "Spoutnik a créé un sentiment d'urgence aux États-Unis", a-t-il expliqué. "Le test du 27 juillet n'a pas créé ce sentiment d'urgence. Je pense qu'il devrait probablement créer un sentiment d'urgence."

Aucun des deux généraux n'a mentionné quoi que ce soit sur le système d'armement tirant un projectile à l'intérieur de l'atmosphère, potentiellement une démonstration d'une capacité avancée, bien qu'il soit difficile de l'affirmer avec certitude étant donné le peu d'informations disponibles.

À lire aussi — Des démineurs de l’armée américaine racontent ce qu'ils vivent dans leur travail

Le Financial Times a rapporté que les scientifiques militaires américains de la Defense Advanced Research Projects Agency (Darpa) cherchent à savoir comment la Chine est parvenue à libérer une charge secondaire à partir d'un véhicule hypersonique.

Les rapports sur les essais d'armes hypersoniques de la Chine surviennent alors que les États-Unis s'efforcent de développer leurs propres armes hypersoniques, qui volent à des vitesses supérieures à Mach 5, soit cinq fois la vitesse du son, et peuvent manœuvrer selon des trajectoires imprévisibles pour contourner les systèmes de défense antimissile, afin de concurrencer la Chine et la Russie.

Le général David Thompson, vice-chef des opérations spatiales de la Space Force, a averti le week-end du 20 novembre dernier que les États-Unis ont "un retard à rattraper très rapidement" s'ils veulent rester compétitifs avec les armes hypersoniques.

"Nous ne sommes pas aussi avancés que les Chinois ou les Russes en termes de programmes hypersoniques", a-t-il confié. Le mois dernier, John Hyten s'est plaint de la lenteur avec laquelle le ministère de la Défense s'occupe des missiles hypersoniques, et a exhorté son successeur à accélérer le processus.

Version originale : Ryan Pickrell / Insider

À lire aussi — Découvrez les 5 "vérités" qui sont censées guider les forces spéciales américaines

Découvrir plus d'articles sur :