Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'armée américaine veut placer des panneaux solaires dans l'espace pour alimenter ses bases en énergie

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'armée américaine veut placer des panneaux solaires dans l'espace pour alimenter ses bases en énergie
Le projet du laboratoire de recherche de l'US Air Force vise à transformer, depuis l'espace, de l'énergie solaire en ondes radio pouvant alimenter un site précis sur Terre. © Kirtland Public Affairs/Air Force Research Laboratory

Et si, à l'avenir, les satellites étaient capables de fournir une source d'énergie inépuisable aux endroits les plus reculés de la Terre ? Le projet peut sembler fou. Pourtant, les têtes pensantes du laboratoire de recherche de l'US Air Force (AFRL) y songent très sérieusement.

Annoncé fin 2019, le Projet de démonstration et de recherche sur l'énergie solaire dans l'espace (Space Solar Power Incremental Demonstrations and Research Project — SSPIDR) envisage d'aller puiser l'énergie solaire depuis l'orbite terrestre.

Sur Terre, l'énergie produite par les champs de panneaux photovoltaïques fluctue au gré de la météo, de l'ensoleillement et de la rotation de la planète. En plaçant ces panneaux solaires au-delà de l'atmosphère, les chercheurs de l'AFRL espèrent ainsi pouvoir profiter d'une source d'énergie inépuisable en continu.

À lire aussi — SpaceX pourra envoyer ses satellites Starlink à plus basse altitude

Le prototype de satellite qu'ils prévoient de développer, baptisé Arachne, transformerait l'énergie solaire en ondes radio. Celles-ci seront alors dirigées vers un point précis sur Terre, où une antenne la reconvertira en énergie utilisable.

Des applications multiples dans le monde civil

"L'énergie est un catalyseur stratégique et une vulnérabilité potentielle pour notre nation et notre ministère de la Défense", soulignait le colonel de l'armée de l'air américaine Eric Felt, directeur de la direction des véhicules spatiaux de l'AFRL, lors de l'annonce du projet en 2019. "Pour assurer le succès des missions du ministère, nous devons disposer de l'énergie dont nous avons besoin au bon endroit et au bon moment."

À lire aussi — Voici les 7 grandes entreprises spatiales engagées dans la bataille des mégaconstellations de satellites

Cet ambitieux projet n'est bien entendu pas pour tout de suite ; mais les autorités américaines ont mis des moyens sur la table pour arriver à leurs fin : en 2019, Northrop Grumman s'est vu attribuer un contrat d'une valeur de 100 millions de dollars (environ 82 millions d'euros) par l'AFRL pour "développer et fournir les éléments matériels essentiels pour soutenir les expériences spatiales sur cette technologie de pointe". La firme d'aérospatiale est notamment chargée de développer les cellules photovoltaïques capables de convertir l'énergie solaire en radiofréquences. La laboratoire de recherche de l'US Navy participe également au projet.

Le projet SSPIDR, s'il arrive à son terme, sera d'abord utilisé pour alimenter les bases de l'armée américaine en énergie. Aujourd'hui encore, les convois acheminant groupes électrogènes et carburants restent des cibles vulnérables sur le terrain. Avec une seule antenne à même d'alimenter une base entière en électricité, les risques d'embuscades sont atténués.

Surtout, cette technologie révolutionnaire pourrait avoir des applications multiples dans le monde civil, comme en alimentant un hôpital après une catastrophe climatique ou en fournissant du courant à des zones sans accès à l'électricité.

Le lancement d'Arachne en orbite est prévu pour 2024.

À lire aussi — La Chine a lancé la première pièce de sa future station spatiale

Découvrir plus d'articles sur :