Le prototype de Cora, le taxi volant. Kitty Hawk.

  • Une startup qui fabrique des voitures volantes a secrètement fait des tests de taxis volants autonomes en Nouvelle-Zélande — et envisage la possibilité de les commercialiser. 
  • Kitty Hawk, la startup en question, considère que les voitures volantes seront monnaies courantes à l'avenir. Elle est financée par Larry Page, le cofondateur de Google, et le scientifique et ex-Googler, Sebastian Thrun.
  • Kitty Hawk a dévoilé un prototype appelé "Cora air-taxi" ce mardi 13 mars 2018, après l'avoir testé pendant plusieurs mois. Il peut voler jusqu'à 170km/h, et utilise 12 hélices pour se soulever et atterrir à la verticale.

Kitty Hawk, la startup de voitures volantes soutenue par Larry Page, le cofondateur de Google, teste des taxis volants en Nouvelle-Zélande. Cette information a été rapportée en premier par le New York Times

L'entreprise teste depuis quelques mois un appareil qui ressemble à un mélange entre un hélicoptère et un planeur, au-dessus de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande.

Le Cora est un véhicule autonome équipé de 12 hélices, qui l'aident à décoller et atterrir de manière verticale. Vous pouvez observer comment il fonctionne sur YouTube.

Kitty Hawk veut que vous voyagiez avec des taxis qui décollent depuis le toit des maisons. 

Le prototype de Cora, le taxi volant. Kitty Hawk.

Le postulat de Kitty Hawk est de construire tout un réseau de taxis autonomes. Un peu comme Uber, mais comme dans la série "Les Jetson".

Le prototype Cora est 100% électrique, peut embarquer deux passagers et vole entre 150 et 900 mètres d'altitude. Il a une envergure de 11 mètres et n'a qu'une seule grosse hélice sur l'arrière. Il peut atteindre une vitesse de 170 km/h et une portée de 100 kilomètres.

Kitty Hawk a choisi la Nouvelle-Zélande comme lieu d'expérimentation, car le pays a "un système de régulation qui fait la part belle à l'innovation", précise une mise à jour sur son site internet. La startup teste des véhicules en partenariat avec un opérateur local appelé Zephyr Airworks, et elle dispose d'un "certificat d'expérimentation dans les airs" de la Nouvelle-Zélande et des autorités de l'aviation américaine.

Kitty Hawk travaille aussi sur une certification plus poussée afin de pouvoir proposer des véritables services d'"air-taxi".

Le projet a été officiellement dévoilé mardi 13 mars 2018 par Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise, et Fred Reid, DG de Zephyr Airworks.

Voici ce que Kitty Hawk annonce sur son site

"Fabriquer un 'air-taxi' pour la vie de tous les jours, cela signifie aussi faire venir l'aéroport à vous. C'est pourquoi Cora peut décoller et atterrir comme un hélicoptère, ce qui permet de se passer de pistes de décollage. Cora a le potentiel de transformer des espaces comme les toits ou les parkings en lieux depuis lesquels vous pouvez vous envoler, directement depuis votre quartier."

Zephyr Airworks travaille en collaboration avec le ministère des Finances néo-zélandais et son aviation civile.

Kitty Hawk, une startup de voitures volantes très secrète, financée par le cofondateur de Google Larry Page sur ses fonds propres

Le prototype de Cora, le taxi volant. Kitty Hawk.

Kitty Hawk est dirigé par Sebastian Thrun, un scientifique qui a travaillé chez Google au sein de la division de voitures autonomes mais aussi sur les Google Glass.

On ne sait pas grand chose de cette entreprise à part le nom de ses fondateurs et son envie de fabriquer des voitures volantes. Elle est financée par le cofondateur de Google, Larry Page.

Avec Thrun, il estime que les voitures volantes seront la norme d'ici une décennie. 

D'après un article de Bloomberg de 2016, Larry Page aurait dépensé 100 millions de dollars (80 millions d'euros) dans ce projet depuis 2010.

Kitty Hawk avait montré son premier prototype, le Flyer, en avril dernier.

Version originale: Shona Gosh/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La voiture volante financée par Larry Page sera mise en vente avant la fin de l'année

VIDEO: Ces étonnants projets de gratte-ciels sont en bois