Publicité

L'astronaute qui devrait emmener Tom Cruise sur l'ISS donne les qualités nécessaire pour devenir un touriste spatial

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'astronaute qui devrait emmener Tom Cruise sur l'ISS donne les qualités nécessaire pour devenir un touriste spatial
Michael Lopez-Alegria doit emmener trois clients en orbite pour Axiom Space à la fin de l'année 2021. © Axiom Space
Publicité

Le tourisme spatial devrait connaitre un développement sans précédent dans les prochaines décennies. Plusieurs sociétés privées, comme SpaceX ou Axiom Space, en font l'une de leurs priorités. Cette dernière devrait d'ailleurs profiter d'un partenariat avec l'entreprise d'Elon Musk pour envoyer trois "clients" vers l'ISS, pour un séjour d'environ huit jours, au plus tôt fin 2021. Parmi eux, en plus d'un millionnaire israélien, on parle de l'acteur Tom Cruise et du réalisateur Doug Liman. Le commandant de la mission, l'astronaute Michael López-Alegría, s'est longuement entretenu avec Business Insider US au sujet du périple à venir, des qualités requises pour participer à un voyage dans l'espace ou encore de la station spatiale commerciale que devrait progressivement construire Axiom Space.

Le tourisme spatial n'est pas tout à fait nouveau. Dès le début des années 2000, des clients payants séjournaient sur l'ISS. La mission prévue pour fin 2021 a cela d'inédit qu'elle serait la première entièrement privée — aucune agence étatique n'y participera. Ainsi, comme le note Business Insider US, le projet d'Axiom est le signe avant-coureur d'une économie commerciale robuste en orbite basse à venir.

Michael López-Alegría confirme : "Les gens de la NASA ont commencé à réaliser que l'ISS était une ressource limitée et que pour avoir un successeur, nous devions commencer à semer les graines d'une économie en orbite terrestre basse." Et Axiom Space travaille depuis de nombreuses années afin d'être un acteur incontournable de ce secteur en plein essor.

A lire aussi — SpaceX, Virgin Galactic... Voici ce que vous réserve le tourisme spatial dans les années à venir

Pour s'envoler vers l'espace, il suffit 'd'avoir l'esprit ouvert et d'être prêt à apprendre'

Si Michael López-Alegrí n'a pas pu révéler l'identité des millionnaires qui l'accompagneront lors de son périple vers l'ISS, il devrait bien s'agir d'Eytan Stibbe, un pilote de chasse israélien et homme d'affaires millionnaire, de l'acteur américain Tom Cruise et du réalisateur Doug Liman. Et le commandant de la mission a n'a pas tari d'éloges à leur égard. "Même s'il s'agit d'astronautes privés, ces trois personnes auraient sans doute pu être sélectionnées comme astronautes auparavant — ce qui signifie que j'ai l'impression qu'elles ont toutes les qualités requises", a-t-il lâché.

Selon lui, avec de l'entraînement et de la détermination, les voyages spatiaux sont accessibles au commun des mortels : "Je suis fermement convaincu que les vols spatiaux humains sont possibles pour une grande majorité de la population. Vous n'avez pas besoin d'être Superman, vous n'avez pas besoin d'être Einstein, vous n'avez pas besoin d'être Da Vinci. Il suffit d'avoir l'esprit ouvert et d'être prêt à apprendre. Je veux donc qu'ils soient confiants."

Il promet toutefois de ne pas lésiner sur la préparation de ses protégés : "Je veux vraiment que cet équipage — qui placera la barre pour les vols commerciaux habités pour toujours, si vous y réfléchissez bien — soit aussi bon que possible. Je veux donc qu'ils soient professionnels, je veux qu'ils soient préparés, je veux qu'ils soient ponctuels." Et Michael López-Alegrí sait déjà comment il s'y prendra : "Je dois jouer à la fois au bon et au mauvais flic avec eux." C'est-à-dire ? "Je veux être le sergent instructeur. En même temps, je veux être la mère couveuse et les dorloter, et les encourager."

A lire aussi — La NASA confirme qu'elle travaille avec Tom Cruise pour tourner un film dans l'espace

Il n'y a pas d'école pour devenir astronaute, 'il suffit de suivre votre rêve et votre passion'

"Mon travail de commandant est d'essayer d'identifier les forces et les faiblesses de chacun", poursuit-il. "J'ai une très grande confiance dans le fait que cet équipage ne se contentera pas de réussir, mais qu'il dépassera les attentes de la Nasa." Michael López-Alegrí ne doute pas des capacités de Tom Cruise et cie. : "Ce sont des gens très brillants et accomplis, donc je ne pense pas que ce sera un trop grand défi."

Michael López-Alegrí en a également profité pour glisser quelques conseil aux personnes qui veulent devenir astronautes : "C'est la même chose que je dis aux enfants, pour être honnête avec vous. Il s'agit vraiment de suivre votre rêve et votre passion. Les gens demandent souvent : 'Qu'est-ce que je dois étudier pour devenir astronaute ?' Il n'y a pas de programme d'études pour cela. (...) Poursuivez votre passion, quelle qu'elle soit".

A lire aussi — Voici à quoi pourraient ressembler les spatioports si le tourisme spatial devenait réalité

'Dans cinq ans, nous ne volerons plus vers l'ISS, mais vers les segments Axiom de l'ISS'

Le commandant de la mission d'Axiom Space reconnait toutefois que les vols commerciaux ne sont aujourd'hui accessibles qu'à une poignée de privilégiés : "Je reconnais qu'il s'agit d'un groupe démographique très réduit qui peut, au moins aujourd'hui, faire des vols habités dans l'espace." Mais il prédit qu'ils seront un jour à la portée de davantage de personnes : "Je pense que nous allons voir les prix des lancements baisser, tout comme nous avons vu les prix des vols en avion baisser dans les années 1920 et 1930."

Axiom Space

Au-delà de la mission prévue en 2021, l'un des projets phare d'Axiom Space est le remplacement progressif de l'ISS vers une nouvelle station spatiale commerciale. "En 2024, nous attachons notre premier module à l'avant de l'ISS, suivi de deux autres à six mois d'intervalle. Dans cinq ans, nous ne volerons plus vers l'ISS, mais vers les segments Axiom de l'ISS. Dans dix ans, nous serons séparés de l'ISS. Et je ne serais pas surpris de voir une autre plate-forme commerciale."

Quant au projet d'Elon Musk d'envoyer le milliardaire japonais Yusaku Maezawa autour de la lune à bord de la fusée Starship de SpaceX, Michael López-Alegrí ne doute pas de sa faisabilité : "J'ai appris qu'il ne vaut mieux pas parier contre Elon", a-t-il lancé. "Vous pouvez parier contre le calendrier, mais probablement pas contre sa volonté de le faire", a-t-il poursuivi, avant de conclure : "Les premiers pas sont les plus difficiles à faire, mais j'ai l'impression que nous sommes maintenant à l'abri, que nous commençons à prendre de l'élan et que ce sera une belle aventure".

A lire aussi — Voici ce que des sociétés privées imaginent pour remplacer l'ISS en fin de vie

Découvrir plus d'articles sur :