Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'atterrisseur InSight de la NASA révèle que Mars serait beaucoup plus fragile que nous le pensions

L'atterrisseur InSight de la NASA révèle que Mars serait beaucoup plus fragile que nous le pensions
© NASA/JPL-Caltech

L'atterrisseur InSight de la NASA révèle que Mars est une planète tremblante, remplie de tourbillons de poussière et de tremblements de terre réguliers. "Nous avons finalement établi pour la première fois que Mars est une planète active sur le plan sismique", a déclaré Bruce Banerdt, investigateur principal d'InSight, dans une conférence téléphonique avec la presse au sujet des premières conclusions tirées par la NASA à partir des données de la sonde. "C'est quelque chose de probablement proche des types d'activité sismique auxquels on s'attend loin des limites des plaques tectoniques sur Terre".

InSight s'est posé sur Mars en novembre 2018, mais la NASA vient de publier les six premières études sur ses découvertes dans la revue Nature Geoscience. Les recherches détaillent les résultats de 174 tremblements de terre que le robot a détectés, ainsi que plus de 10 000 tourbillons, autrement appelés "diables de poussière", qui tourbillonnent au-dessus de la surface de Mars et déforment le sol. Bruce Banerdt a déclaré qu'InSight a continué à détecter d'autres tremblements de terre depuis que les chercheurs ont commencé ces six études : "Nous avons maintenant environ 450 tremblements de terre dans notre catalogue", a-t-il dit.

Parmi les tremblements de terre signalés dans les études, seuls 24 avaient une magnitude supérieure à 3 sur l'échelle de Richter, et aucun n'était supérieur à 4. L'activité sismique a donné aux scientifiques un aperçu de la composition de la croûte de Mars. Les tremblements de terre ressemblent plus à ceux de notre Lune qu'aux séismes sur Terre — ce qui suggère que la croûte martienne est plus sèche et plus fragmentée que les scientifiques ne le pensaient auparavant. Selon les chercheurs, cela est probablement dû aux impacts d'astéroïdes passés.

NASA/JPL-Caltech

Néanmoins, les chercheurs d'InSight espèrent qu'un tremblement de terre beaucoup plus important dans le futur se répercutera à travers le manteau de la planète, fournissant plus de données sur ce qui se trouve en profondeur sous la surface.

Deux des plus grands tremblements de terre jusqu'à présent proviennent de la région de Cerberus Fossae, qui a été géologiquement et volcaniquement active au cours des 10 derniers millions d'années — plus récemment que partout ailleurs sur Mars.

"C'est la chose à laquelle on ne s'attend pas toujours qui est parfois le résultat le plus intéressant", a déclaré Suzanne Smrekar, une géophysicienne qui dirige l'étude sur la structure interne de Mars pour InSight, lors de la conférence téléphonique.

Les tourbillons et les 'diables de poussière' font des ravages

D'autres signaux sismiques détectés par InSight proviennent de tourbillons de pression formés dans l'air, souvent appelés "diables de poussière" en raison de leur tendance à capter la poussière et la saleté. Semblables aux tourbillons de poussière sur Terre, ces tourbillons se forment lorsque la lumière du Soleil réchauffe le sol. L'air chaud s'élève alors et provoque un changement de température et de pression qui crée un tourbillon dont le centre a une pression inférieure à celle de l'atmosphère environnante.

Lorsqu'un tourbillon de poussière traverse la zone autour d'InSight, le sol en-dessous se soulève légèrement en réponse à la pression réduite. Le sismomètre de l'atterrisseur est suffisamment sensible pour mesurer ces minuscules mouvements, et les données peuvent révéler la rigidité du sol martien. "C'est un tout nouvel ensemble de processus pour nous, et nous commençons tout juste à apprendre comment catégoriser ces différents signaux", a déclaré Bruce Banerdt.

InSight a fait quelques autres découvertes surprenantes jusqu'à présent. Il a découvert que le champ magnétique autour de l'atterrisseur est 10 fois plus fort que le champ magnétique global sur Mars, ce qui suggère que des roches magnétiques anciennes y sont enfouies profondément sous la surface. Les mesures d'InSight suggèrent également que le champ magnétique de Mars varie légèrement du jour à la nuit. Les chercheurs pensent que cela est dû aux changements des courants électriques dans la haute atmosphère.

NASA/JPL-Caltech

Les instruments de l'atterrisseur qui mesurent l'atmosphère martienne ont détecté des ondes de gravité : des ondulations qui se produisent lorsque la flottabilité pousse l'air vers le haut, mais que la gravité le tire vers le bas. Ces instruments ont également détecté des sons de basse fréquence, en-dessous de la portée de l'audition humaine, voyageant à travers l'atmosphère martienne. InSight a également révélé que l'atmosphère martienne présente des turbulences irrégulières qui ressemblent de façon inattendue à celles de l'atmosphère terrestre.

Le robot a encore près d'un an de collecte de données et Bruce Banerdt espère qu'il pourra détecter un tremblement de terre suffisamment important pour se répercuter à l'intérieur de la planète. L'accumulation de données sur les petits tremblements de terre sur Mars permettra également aux scientifiques d'en apprendre beaucoup plus sur la structure de la planète que ce qu'ils ont compris jusqu'à présent.

"Nous sommes dans la même situation que les géophysiciens l'étaient pour la Terre au début des années 1900", a déclaré Bruce Banerdt. "Nous utilisons les meilleurs outils d'analyse que nous avons, mais la situation reste très mystérieuse, et nous sommes en quelque sorte dans le Far West en termes de compréhension de ce qui se passe ici".

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :