Le 14 septembre 2019, une importante évolution de la réglementation entrera en vigueur et contraindra les acteurs du e-commerce à renforcer leurs contrôles sur les achats des consommateurs. A partir de cette date, ils devront en effet garantir une authentification forte pour les paiements, la simple validation d'un achat grâce à un code reçu par SMS ne suffisant plus. Dans le détail, les sites marchands devront s'assurer que vous êtes bien à l'origine d'un paiement à l'aide d'au moins deux des trois éléments suivants : une information que vous êtes seul à connaître, comme un mot de passe ou un code secret, l'utilisation d'un appareil qui vous appartient, comme le téléphone portable, et une caractéristique personnelle, telle que la reconnaissance faciale ou vocale ou encore l'empreinte digitale.

Problème, ce renforcement de la sécurité des paiements risque de rajouter des étapes dans le parcours client et le processus d'achat, et donc d'affecter le "taux de conversion", moins d'acheteurs potentiels réalisant effectivement un achat en bout de ligne. La startup américaine Stripe, spécialisée dans le paiement en ligne, évalue à 57 milliards d'euros la perte totale que pourrait coûter à l'économie européenne l'authentification forte du client (ou SCA, pour Strong Customer Authentication), sur la base de données remontées par 451 Research.

L'expert américain en data a réalisé deux enquêtes, l'une auprès de 500 sites et entreprises d'e-commerce en Europe, l'autre auprès de 1 000 consommateurs. Les résultats communiqués dans l'étude de Stripe montrent qu'aujourd'hui seuls 47% des consommateurs européens trouvent le processus de paiement en ligne "très simple". En outre, les jeunes de la génération Z "abandonnent souvent leurs achats lorsque l'expérience de paiement est mauvaise", relève la startup. 

Les entreprises pas assez préparées

La grande majorité des acheteurs (73%) ne sont pas au courant des nouveautés réglementaires qui entreront mi-septembre en vigueur. La SCA "augmente la probabilité que les consommateurs abandonnent leur panier lorsqu'ils rencontrent des obstacles inattendus à leurs achats quotidiens, comme commander un repas", souligne Stripe. 

Par ailleurs, "de nombreuses entreprises, en particulier les plus petites, n'ont pas encore pleinement saisi son impact considérable", alerte Jordan McKee, analyste chez 451 Research. Seule la moitié des entreprises européennes concernées prévoiraient de se mettre en conformité avec cette nouvelle réglementation d'ici septembre. Plus inquiétant, une entreprise de moins de 100 salariés sur cinq ignorerait tout bonnement ce qu'est la SCA.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il pourrait y avoir un record d'achats lors du Black Friday — et ce sera sûrement la dernière fois que vous validerez vos paiements par SMS

VIDEO: Voici ce qui arrive quand un noctambule a le même rythme qu'une personne du matin