Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le CAC 40 s'effondre avec la perspective d'un nouveau confinement

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le CAC 40 s'effondre avec la perspective d'un nouveau confinement
© David Levine/Flickr

La Bourse de Paris tremble et les cours chutent, mercredi 28 octobre. Les investisseurs se montrent fébriles avant l'annonce de nouvelles mesures de restrictions par le président de la République, Emmanuel Macron, ce soir à 20h. Un éventuel reconfinement aurait de très lourdes conséquences sur l'économie. Il pourrait coûter entre 2 et 2,5 points de produit intérieur brut (PIB) par mois à la France, a précisé Olivier Dussopt, ministre des Comptes publics, au micro de Sud Radio. La montée en flèche du nombre de personnes contaminées au nouveau coronavirus, mais aussi du nombre de décès, laisse envisager le pire.

Mardi soir, Santé publique France faisait part de 292 décès en 24h à l'hôpital liés au Covid-19, ainsi que de 33 417 cas de coronavirus enregistrés positifs dans le pays en un jour. En outre, la moitié des lits actuellement disponibles dans des services de réanimation sont désormais occupés par des malades du Covid. Sur la place de Paris, le CAC 40 a chuté jusqu'à plus de 4% ce mercredi. Il plongeait encore de 3,37% à la clôture. S'il reste loin de sa dégringolade historique de 12,28% en une seule journée, le 12 mars dernier, ce nouveau plongeon arrive après déjà deux jours de baisse, de 1,90% lundi puis de 1,77% mardi.

Presque toutes les sociétés du CAC 40 s'inscrivent dans le rouge, en dehors de Teleperformance. Longtemps dans le vert, Carrefour a finalement terminé la séance en légère baisse, de 0,11%. Le distributeur a annoncé des ventes encourageantes pour le compte du troisième trimestre, les meilleures "depuis au moins 20 ans" à magasins comparables d'une année sur l'autre.

Les autres places boursières chutent aussi

Chez nos voisins européens, les places boursières dévissent aussi. Le Dax, l'indice vedette de la Bourse de Francfort, a ainsi perdu 4,19% ce mercredi. Comme la France, l'Allemagne doit imposer un tour de vis supplémentaire dans l'espoir d'enrayer la deuxième vague de propagation du virus. Le FTSE 100 à la Bourse de Londres a de son côté abandonné 2,51%.

Outre-Atlantique, la Bourse de New York a ouvert dans le rouge, dans le sillage des marchés européens. À 17h45, heure française, l'indice S&P 500, regroupant 500 des plus grandes entreprises américaines, perdait encore 2,91%.

À lire aussi — Société Générale et les autres banques chutent en Bourse après les révélations des 'FinCEN Files'

Plus de 500 000 nouveaux cas de contaminations par le Covid-19 ont été annoncés au niveau mondial mardi, un nouveau record selon le comptage effectué mercredi par l'AFP. Lors de la première vague, les gouvernements et les banques centrales ont déployé un soutien massif à l'économie pour limiter la récession et éviter des faillites en cascade. Les marchés avaient alors rebondi, après leur dégringolade de février-mars, jusqu'à battre de nouveaux records aux Etats-Unis.

Mais "il n'est pas évident dans l'immédiat que le soutien budgétaire sera aussi significatif la deuxième fois, c'est la raison pour laquelle les marchés actions dévissent", selon Michael Hewson, analyste pour CMC Markets cité par l'AFP.

Aux Etats-Unis, à une semaine de l'élection présidentielle, "il semble qu'il n'y ait aucune volonté de lancer un plan de relance budgétaire avant la fin du premier trimestre de l'an prochain", relève l'analyste financier. Quant à l'Union européenne, son premier plan de relance de 750 milliards d'euros, adopté en juillet, peine encore à se mettre en route.

À lire aussi — Ant lance la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire, voici le top 12

Photo : David Levine/Flickr

Découvrir plus d'articles sur :