Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le CAC 40 s'envole après l'annonce d'un vaccin, mais l'euphorie pourrait vite retomber

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


© Daniel Paquet/Wikimedia Commons

C'est une annonce qui a brusquement fait bondir les marchés à la mi-journée. Le laboratoire américain Pfizer et son partenaire allemand Biontech ont affirmé avoir mis au point un vaccin pour lutter contre le Covid-19, "efficace à 90%", lundi 9 novembre, peu après 12h30. Déjà bien orienté dans la matinée, suite à la victoire du candidat démocrate Joe Biden à l'élection présidentielle américaine, le CAC 40 a soudainement décollé. L'indice phare de la Bourse de Paris gagne encore 7,57% à la clôture du marché. Il était déjà repassé au-dessus des 5 000 points dans la matinée. Il pointe à présent à plus de 5 336 points.

Des sociétés qui ont particulièrement souffert de la crise sont très recherchées par les investisseurs. Elles affichent des bonds impressionnants. Le transporteur aérien Air France-KLM s'envole ainsi de 27,48%, tandis qu'Aéroports de Paris (ADP) prend plus de 25,10%. Airbus gagne de son côté 18,57% et l'hôtelier Accor 23,70%. Outre les secteurs aéronautique et du tourisme, les valeurs bancaires s'apprécient aussi fortement, à l'image de Société Générale, qui grimpe de 18,41%, et de BNP Paribas (+17,98%).

A lire aussi — Les actions Zoom et Netflix s'effondrent à la Bourse après la bonne nouvelle autour du vaccin Pfizer

Des risques persistants vont peser sur les cours

"Nous sommes face à une euphorie des marchés initiée par la perspective d'un congrès divisé aux Etats-Unis et surtout l'espoir prochain d'un vaccin", estime Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique chez Saxo Bank. "Par définition, une euphorie est généralement éphémère", met-il toutefois en garde. "Le marché n'a pas intégré qu'il faudra sûrement beaucoup de mois entre la validation du vaccin par les autorités compétentes et une vaccination de la population."

Il anticipe par conséquent d'éventuels "revirements baissiers", d'autant que les résultats de Pfizer et Biontech restent à confirmer et que le risque d'un shutdown (arrêt des services de l'administration fédérale aux États-Unis suite à un désaccord sur le budget au Congrès) n'est pas écarté.

Alexandre Baradez, analyste financier chez le courtier IG, perçoit une "montée très violente à court terme du marché, qui peut retomber de moitié rapidement". L'envolée des cours pourrait ne pas durer, "entre les risques de faillite et les tensions entre Joe Biden et Donald Trump", souligne-t-il. L'annonce d'un vaccin reste tout de même le "marqueur fort d'un changement", selon lui. Elle devrait permettre aux Bourses européennes de franchir un cap et de ne pas rechuter aux niveaux atteints lors des annonces de reconfinement. Le CAC 40 était retombé près des 4 500 points fin octobre.

Les biotechs et les gagnants du confinement en forte baisse

Outre l'indice de la place parisienne, le Dax de la Bourse de Francfort prend aussi 4,98% ce lundi. Aux Etats-Unis, Wall Street a ouvert dans le vert, en nette progression. Mais l'euphorie est plus contenue, l'indice S&P 500, regroupant 500 des plus grandes entreprises américaines, grimpant de 2,87% à 16h40 heure de Paris. Les prix du pétrole accélèrent par ailleurs fortement — le baril de Brent prend 8,77% à 16h50 — dans l'espoir de voir la demande d'or noir repartir avec la perspective d'une levée des restrictions de déplacements.

À l'inverse, certaines entreprises accusent le coup. Les biotechs s'inscrivent ainsi dans le rouge à la Bourse de Paris, suite à l'annonce de Pfizer et Biontech, qui pourrait avoir des conséquences négatives sur leur activité. BioMérieux recule ainsi de 11,67%, tandis que les entreprises Eurofins et Sartorius perdent respectivement 8,15% et 10,46%. Des sociétés plébiscitées pendant la crise sanitaire et le confinement, subissent aussi de lourdes pertes, à l'image de l'entreprise américaine Zoom, qui plonge de 16,5% à Wall Street à 16h43. Le groupe d'e-commerce Amazon abandonne également 2,42%.

A lire aussi — Un vaccin 'efficace à 90%' contre le Covid-19 doit faire l'objet d'une demande d'homologation d'ici fin novembre

Découvrir plus d'articles sur :