Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le 'camembert de Normandie' devra bien être au lait cru pour garder son nom

Le 'camembert de Normandie' devra bien être au lait cru pour garder son nom
© Pixabay/jackmac34

La décision a été prise mardi 3 mars après deux ans de discussions compliquées : le camembert de Normandie restera fabriqué avec du lait cru et selon le cahier des charges existant. Il devra être conçu uniquement en Normandie sur la zone géographique actuelle, avec du lait issu de vaches de race normande et selon une méthode de fabrication traditionnelle. Une décision prise à la quasi unanimité par 97 % des votants de l'Organisme de Défense et de Gestion (ODG) Camembert de Normandie. L'idée d'une nouvelle Appellation d'Origine Protégée (AOP) élargie a donc été abandonnée.

En février 2018, à l'issue de plusieurs réunions à l'INAO (Institut NAtional de l'Origine et de la qualité), un groupe de travail avait trouvé un accord de principe pour éclaircir le flou entre les fromages "AOP camembert de Normandie" — qui respectent les critères cités plus haut — et les camemberts "fabriqués en Normandie". La proposition était de mettre en place une double AOP en élargissant la zone géographique de production actuelle. Une première appellation "Cœur de gamme" avec des fromages fabriqués au lait pasteurisé provenant de troupeaux constitué d'au moins 30 % de vaches normandes. Et une seconde baptisée "Haut de gamme" avec du lait cru et 60 % de vaches normandes. Une proposition rejetée, donc.

La production de lait aurait pu passer de 6 000 à 40 000 tonnes annuelles

Les parties prenantes avaient déjà refusé le nouveau cahier des charges le 29 janvier dernier et ainsi d'accorder l'AOP "camembert de Normandie" a des fromages fabriqués au lait pasteurisé et au goût plus standardisé. Mais la bataille du camembert avait débuté encore plus tôt, dès 2012 selon Le Monde, avec l'assignation par l'association de défense de l'AOP des industriels Lactalis, Savencia et de la coopérative Isigny-Sainte-Mère. L'objectif était de leur faire retirer de leurs fromages les mentions "fabriqué en Normandie" qui prêtaient à confusion pour des camemberts non-conformes à l'AOP.

À lire aussi - 10 conseils pour bien choisir son fromage en supermarché

Patrick Mercier, président de l'AOP Camembert, ne cachait cependant pas sa déception au micro de France 3 Normandie : "je suis très déçu parce que nous pouvions emmener 1 500 producteurs demain dans cette démarche". De 6 000 tonnes, la production annuelle de lait aurait pu passer à 40 000 tonnes avec la nouvelle appellation. Inquiet pour l'avenir des éleveurs normands, il précise : "La Normandie est un peuple d'éleveurs, cette race normande devait s'en trouver sauvée dans son berceau". Et d'insister, fataliste : "ce n'est pas avec nos 500 producteurs de lait de la filière actuelle qu'on peut espérer ça".

Découvrir plus d'articles sur :